Les futures habitations lunaires pourraient être construites à partir de l’urine des astronautes

Ce n’est un secret pour personne, la NASA met les bouchées doubles pour revenir le plus vite possible sur la Lune. La pression venant du gouvernement américain – et particulièrement de Donald Trump – aidant, l’agence spatiale américaine a non seulement pour but de retourner sur la Lune en 2024, mais aussi idéalement d’y rester.

Pour ce faire, la NASA et d’autres agences spatiales ont laissé libre cours à leur imagination pour savoir comment les futurs explorateurs de l’espace pourront résider sur la Lune et y vivre. Et, c’est dans cet état d’esprit qu’une équipe internationale de scientifiques travaillant avec l’Agence spatiale européenne a testé un mélange pour le moins atypique pour créer une sorte de béton lunaire.

Crédits Pixabay

Il s’agit d’un mélange d’urée, un composant de l’urine, avec un substitut du sol lunaire.

Une question de praticabilité ?

En fait, selon CNet, la NASA est partie sur l’idée qu’il serait beaucoup moins cher de construire des habitats lunaires en utilisant les ressources disponibles sur place plutôt que d’acheminer les matériaux nécessaires à cette construction à travers l’espace.

L’agence de presse de la Fondation espagnole pour la science et la technologie, ou SINC, a ainsi expliqué le vendredi 27 mars 2020 que les chercheurs ont ainsi utilisé une imprimante 3D pour générer des cylindres de matériau à base de substitut de régolithe lunaire et en le combinant à de l’urée. Et à en croire les scientifiques, les résultats seraient prometteurs.

Des matériaux assez résistants

En effet, SINC affirme que les tubes imprimés en 3D « supportaient des poids lourds et restaient de forme presque stable. Une fois chauffée à 80 degrés Celsius, leur résistance a également été testée et même augmentée après huit cycles de gel-dégel comme ceux sur la lune ».

Les scientifiques ont partagé les conclusions de leur expérimentation en février dans le Journal of Cleaner Production et ont appelé à une étude plus approfondie sur la résistance du matériau face aux conditions météorologiques difficiles sur la Lune.

Toujours partant(e) pour aller sur la Lune ?

Par ailleurs, les chercheurs ne s’en sont pas tenus à cette idée de béton lunaire à base d’urine. Ils ont également étudié d’autres façons de recycler les déchets des astronautes. Par exemple, les chercheurs de l’Université de Clemson se sont penchés sur l’utilisation de la levure, de l’urine ainsi que du dioxyde de carbone expiré par les astronautes pour fabriquer des outils potentiels.

Allant plus loin dans cette perspective, les scientifiques de Penn State ont trouvé un moyen de transformer les microbes ainsi que les excréments en quelque chose de…comestible.

En tout cas, nul doute que beaucoup se diront que si telle sera la vie sur la Lune, rester sur Terre n’est pas si mal, n’est-ce pas ?

Mots-clés luneNASA