Les iMac 21,5 et 24 pouces font de la résistance

Apple a présenté hier soir lors de son Keynote l’iMac (2021), une machine complètement repensée et qui affiche un tout nouveau design. Plus fine, plus colorée, elle a aussi pour particularité d’être animée par le M1, une puce Apple Silicon introduite l’année dernière sur les Mac Mini, MacBook Air et MacBook Pro.

L’iMac du changement, en somme. Un iMac qui n’a cependant pas (encore) pour vocation à remplacer les anciens modèles.

Image par Pexels de Pixabay
Image par Pexels de Pixabay 

En effet, s’il vous prend l’envie de vous rendre sur l’Apple Store, alors vous constaterez que les iMac Intel répondent toujours présents.

L’iMac (2021), une machine d’envergure

Il faut bien le reconnaître, sur le papier, cet iMac (2021) n’a que des avantages évidents. Plus fin et plus compact, il prendra aussi moins de place sur le bureau. La large variété de couleurs proposées lui permettra en plus de se marier avec tous les intérieurs.

Quant à la puce M1, on en a déjà parlé et sa puissance est telle que cette machine sera en mesure de faire tourner n’importe quelle application avec une facilité déconcertante et sans émettre le moindre son.

En dépit de son système de ventilation actif, Apple promet en effet que l’iMac ne dépassera pas les 10 dB. Promesse que la firme n’aura aucun mal à respecter. Six mois plus tard, je n’ai toujours pas entendu les ventilateurs de mon MacBook Pro M1.

Mais pourquoi avoir conservé l’iMac 24 et 27 pouces ?

Toutefois, il semblerait que le temps de la rupture franche et complète ne soit pas encore venu.

Si vous vous rendez sur le site d’Apple, et plus précisément sur cette page, vous constaterez en effet que les iMac 24 et 27 pouces sont toujours proposés à la vente. Surprenant, non ?

Pas forcément. Apple semble avoir opté pour une stratégie similaire à celle du MacBook Pro 13 pouces. Un MacBook Pro proposé, une fois encore, en plusieurs variantes. Si les deux modèles M1 sont largement mis en avant, Apple a ainsi fait le choix de conserver les modèles Intel Core.

Pourquoi avoir fait un tel choix ? Seul le principal intéressé peut répondre, mais je pense pour ma part que la marque préfère opérer une transition en douceur. Le M1 n’a que des avantages et il n’a absolument pas à rougir face aux puces Intel, même les plus puissantes, mais il n’est pas encore pris en charge par tous les logiciels. Continuer à proposer des machines sous Intel Core est donc aussi une manière pour la firme de ne laisser aucun client derrière elle.

Et si l’iMac (2021) n’était que le premier d’une longue lignée ?

Dans le cas de l’iMac, cependant, la situation est sans doute un peu différente. Le M1 a beau être un monstre de puissance, il reste la première puce Apple Silicon de la firme. D

D’autres processeurs plus puissants devraient suivre, des processeurs que nous retrouverons à bord du MacBook Pro 16 pouces et, on l’imagine, sur un iMac un peu plus grand et un peu plus costaud.

C’est un avis totalement personnel, mais, de mon point de vue, l’iMac (2021) présenté hier soir n’a pas pour vocation à remplacer tous les iMac, seulement les modèles d’entrée de gamme. Et donc les modèles équipés d’un écran de 21,5 pouces. Je peux naturellement me tromper, mais je pense qu’un second modèle sera proposé dans ces prochains mois, un modèle plus grand et doté d’une nouvelle puce Mx équivalente à celle que nous trouverons à bord du MacBook Pro 16 pouces.

Dans ce contexte, on comprend donc ce qui pousse Apple à conserver ses anciens iMac à son catalogue. La transition opérée par la marque vers sa propre architecture n’en est qu’à ses premiers balbutiements et il faudra encore quelques mois pour qu’elle soit pleinement effective.

Mots-clés appleimac