Les importations en provenance de la Chine pourraient bénéficier d’une extension d’exclusions tarifaires

Alors que la guerre commerciale opposant les États-Unis à la Chine continue d’inquiéter les investisseurs, les entrepreneurs et les consommateurs, la tension entre les deux puissances économiques est loin de s’affaiblir. Pour rappel, les deux pays sont entrés dans un bras de fer concernant l’imposition des droits de douane.

En septembre dernier, l’administration Trump avait décidé de taxer à hauteur de 15% des marchandises chinoises d’une valeur de 112 milliards de dollars, allant des produits de consommation comme le lait aux appareils technologiques fabriqués en Chine comme l’Apple Watch.

Trump Ecologie

Crédits Image Pixabay

La Chine a contre-attaqué en déclarant qu’elle augmentera les taxes douanières sur les marchandises américaines comme le soja et le pétrole brut d’une valeur environnant les 75 milliards de dollars  et qu’en plus, elle reprendra un droit supplémentaire de 25% sur les voitures importées des États-Unis à compter du 15 décembre.

Les États-Unis pourraient prolonger les exclusions tarifaires de la Chine d’une année

Les festivités ont commencé en juillet 2018, lorsque l’USTR (United States Trade Representative) a appliqué la taxe douanière de 25% sur des marchandises chinoises d’une valeur de 34 milliards de dollars. Néanmoins, ce bureau du représentant américain au commerce avait accordé une première série d’exclusions tarifaires en décembre 2018 sur les téléphones portables et les téléviseurs. Cette exclusion tarifaire devrait arriver à son terme le 28 décembre 2019.

Le lundi 28 octobre 2019, l’USTR a également laissé entendre qu’il accorderait peut-être une extension d’exclusions tarifaires sur les importations chinoises d’une valeur de 34 milliards de dollars, mais que cette exemption ne dépasserait pas 1 an. Néanmoins, la proposition sera soumise à une période de commentaires allant du 1er au 30 novembre 2019 pour savoir si le grand nombre soutient ou réfute cette proposition.

En tout cas, on se pose des questions sur les motivations des Etats-Unis dans cette démarche, cherchent-ils à avoir le beau rôle ou est-ce une main tendue vers la Chine pour une recherche d’accalmie et de consensus économique ?