Les influenceuses virtuelles peuvent gagner jusqu’à 8,6 millions d’euros par an

Depuis quelques années, les influenceuses virtuelles sont de plus en plus nombreuses à s’emparer des réseaux sociaux. Certains de ces avatars, créés grâce à l’intelligence artificielle, sont d’un réalisme troublant.

Ces influenceuses virtuelles rencontrent autant de succès (voire même plus) que les influenceuses faites de chair et de sang. La plus populaire d’entre elles répond au nom de Miquela Sousa, connue sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme Lil Miquela. Créée en 2016, cette dernière est suivie par 2,6 millions d’abonnés sur Instagram.

Crédits Unsplash

Le site OnBuy s’est intéressé à cet étrange phénomène et a révélé dans un classement hallucinant que certaines de ces influenceuses virtuelles peuvent gagner jusqu’à 8,6 millions d’euros par an.

Lil Miquela, l’influenceuse virtuelle la mieux payée de tous les temps

On parle souvent de ce que les influenceuses gagnent grâce à leur travail sur les réseaux sociaux. Toutefois, les gens s’intéressent encore plus aux revenus de leurs homologues virtuels. L’équipe du site OnBuy s’est penchée sur la question et ce qu’elle nous révèle est surprenant.

Un classement publié le 10 août 2020 par OnBuy place Lil Miquela en tête de la liste des influenceuses virtuelles les mieux payées. Avec un tarif avoisinant les 6 000 euros par publication sur Instagram, cette dernière gagnerait 8,6 millions d’euros par an, rien que ça !

Sur les réseaux sociaux, Miquela fait la pub de marques prestigieuses comme Dior ou encore Givenchy.

À lire aussi : Lil Miquela n’existe pas, mais cela ne l’empêche pas d’avoir beaucoup de succès sur Instagram

Les influenceuses virtuelles gagnent du terrain

En deuxième position, on retrouve l’influenceuse virtuelle Noonoouri, qui gagne à peu près 1 300 euros par publication. Cet avatar créé par le designer graphique Joerg Nuber, se ferait environ 2,2 millions d’euros par an, grâce à ses 362 000 abonnés sur Instagram. Noonoouri est connue pour soutenir la cause environnementale. Elle a également collaboré avec des célébrités comme Kim Kardashian et des marques comme Dior.

La troisième position est occupée par Imma, une star virtuelle d’origine japonaise qui gagne environ 400 000 euros annuellement. Vous l’aurez compris, ces influenceuses virtuelles gagnent de plus en plus de terrain sur les réseaux sociaux.

Dans les années à venir, leur influence devrait même prendre plus d’ampleur. Pour preuve, des personnalités comme Olivier Rousteing, le directeur artistique de la maison Balmain, a demandé à Cameron-James Wilson, le créateur de l’influenceuse virtuelle Shudu, de lui créer de nouveaux avatars pour faire partie de la « Balmain virtual army. »

À lire aussi : Jedy Vales, la nouvelle ambassadrice virtuelle de YouPorn