Les lamas pourraient nous aider à vaincre le Covid-19

Les recherches sur le Covid-19 se poursuivent activement. Tous les chercheurs du monde entier se mobilisent pour tenter de trouver un remède au virus. Dans une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Cell, des chercheurs américains et belges ont révélé que les lamas pourraient nous aider à vaincre le Covid-19.

Vous vous demandez sûrement comment. Eh bien, il semblerait que les lamas auraient des anticorps capables de combattre le Coronavirus. Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs belges de l’Université de Gand et les scientifiques américains de l’Université d’Austin et du National Institutes of Health, se sont penchés sur les résultats de recherches débutées il y a quatre ans plus tôt.

crédits Pixabay

Ils ont découvert que l’anticorps VHH-72, produit par les lamas, a la capacité de neutraliser le SARS-CoV-2 (le virus du Covid-19) en se liant à la protéine Spike qui permet aux Coronavirus d’entrer dans les cellules.

Le fruit de plusieurs années de recherches

Ces recherches ont commencé en 2016 sur une jeune lama femelle répondant au doux nom de Winter. Pendant quatre ans, cette dernière a subi plusieurs tests qui consistaient notamment à lui injecter le SARS-CoV-1, un virus de la même famille que le SARS-CoV-2 et le MERS-CoV.

Contre toute attente, les chercheurs ont découvert que Winter produisait deux types d’anticorps capable de lutter contre ces virus, dont le VHH-72. « Il s’agit de l’un des premiers anticorps connus capable de neutraliser le SRAS-CoV-2. » a déclaré Jason McLellan, professeur agrégé de biosciences moléculaires à l’Université d’Austin.

Une piste pour un vaccin ?

Cette découverte a suscité un énorme regain d’intérêt pour les anticorps des lamas. Le professeur Jason McLellan s’est voulu optimiste et a même évoqué la possibilité d’un vaccin à partir de ces anticorps.

« Pour qu’un vaccin soit efficace, il faut qu’il soit fait un mois ou deux avant l’infection. Avec des thérapies à base d’anticorps, on donne directement à la personne des anticorps la protégeant et donc, la personne est en principe protégée aussitôt après le traitement. Les anticorps peuvent aussi être utilisés sur une personne déjà touchée par le virus afin d’atténuer la sévérité de la maladie. »

Le virologue belge Xavier Saelens a souligné qu’il y avait encore beaucoup de travail à faire avant de pouvoir prétendre à des essais cliniques, toutefois, si cela marche, « Winter le lama mérite une statue. » On rappellera aussi que des chercheurs ont trouvé d’autres anticorps très efficaces contre les protéines en pointe du virus.