Les larves de scarabées se servent du sexe pour attirer leur proie

La nature nous émerveille le plus souvent mais, parfois, elle nous rappelle aussi la dure réalité de l’existence. En particulier, pour certaines espèces animales qui doivent user de toutes les stratégies possibles pour se nourrir et nourrir leur progéniture. C’est le cas des scarabées qui, pour attirer leur proie que sont les abeilles mâles, les attirent dans un piège sexuel puis leur saute dessus et les utilise pour parvenir à leur nid.

L’objectif final est de dévorer leurs nourritures et leurs larves.

 

Les coléoptères, appelés aussi coléoptères cloques, font partie d’un groupe important d’insectes. Si les adultes de l’espèce ne volent pas et sont majoritairement végétariens, il n’en va pas de même pour leurs larves. Les coléoptères pondent des centaines d’oeufs qui éclosent presque simultanément.

Ces larves restent en groupe et utilisent un mélange de phéromones pour attirer les abeilles mâles en quête de partenaire.

Profiter de l’accouplement pour atteindre et envahir les nids

Une fois qu’une abeille mâle est attirée par le piège des phéromones et s’approche de la partenaire à proximité de laquelle les larves coléoptères se cachent, celles-ci attendent qu’il s’accouple avec la femelle pour bondir et lui sauter dessus.

Une fois l’accouplement effectué, les larves sautent sur la femelle et sont transportées quelque part où celle-ci pondra ses oeufs, généralement, dans un nid d’abeilles. Les larves sauteront de l’abeille et commenceront à manger tout ce qui se trouve à leur portée, y compris la nourriture des abeilles et leurs larves. C’est d’ailleurs ce comportement qui a valu aux coléoptères le nom de cleptoparasite.

De redoutables prédateurs d’abeilles

Cette stratégie permet aux insectes incapables de voler eux-mêmes de se nourrir et de se propager même s’ils ne couvrent pas beaucoup de distance durant leur vie. Quant à savoir comment les coléoptères parviennent à attirer ces abeilles mâles dans leur piège, tout est une question de sexe et de phéromones.

Si les abeilles femelles n’ont aucun mal à trouver des partenaires, certains insectes solitaires dépendent des phéromones. Les coléoptères en font partie. Individuellement, ces insectes ne produisent qu’un faible signal alors qu’ensemble, elles peuvent attirer facilement les abeilles mâles.

Les scientifiques ont découvert que les larves coléoptères pouvaient adapter leur phéromone en fonction de l’espèce locale d’abeilles.