Les Mayas ont aussi dû faire face à un changement climatique

En analysant des données recueillies à partir du LiDAR (Light Detection and Ranging), une équipe de chercheurs a découvert que les Mayas utilisaient des techniques agricoles complexes pour s’adapter aux aléas environnementaux. Pour perdurer aussi longtemps (de 2600 av. J.-C. à 1520 apr. J.-C.), cette civilisation a dû faire face à de nombreux obstacles tels que la surpopulation, la sécheresse et l’imprévisibilité du climat.

Les chercheurs ont mis à jour une vaste zone d’anciens systèmes de champs de zones humides mayas au Belize, en Amérique centrale. Ils ont identifié quatre zones principales de complexes de zones humides. L’une d’elles, celle de Birds of Paradise, est cinq fois plus immense que ce que l’on croyait auparavant.

chichen maya

Crédits Pixabay

Les résultats de l’étude ont été publiés à travers un article paru dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Une agriculture adaptée aux contraintes écologiques

Sur ces complexes de terrasses de zones humides, les Mayas cultivaient du maïs, des haricots, des courges et des avocats. « Nous savons qu’il y a eu beaucoup d’innovations pendant cette période », a écrit l’équipe. L’étude a également révélé que ces structures ont duré plus longtemps que ce que l’on pensait auparavant.

Les chercheurs pensent que les canaux d’irrigation qui longent ces complexes ne servaient pas seulement à l’arrosage des cultures. En effet, durant les saisons de pluies, ces canaux étaient inondés d’eau et débordaient de vies. Ainsi, les Mayas y auraient péché des palourdes, des escargots, des moules, des tortues et des poissons.

Des percées remarquables et novatrices

« Ce genre de travail montre aux gens que les peuples autochtones du monde entier ont fait des percées remarquables et novatrices qui leur ont permis d’être perdurer pendant une longue période », a déclaré Timothy Beach, professeur de sols et de géoarchéologie à l’Université du Texas à Austin, et auteur principal de l’étude.

Pour les scientifiques, le fait que les Mayas aient su s’adapter à ces différents problèmes, comme la fluctuation du niveau des eaux, devrait offrir un regard plus optimiste à la génération actuelle.  « Je ne suis pas optimiste sur le changement climatique, mais je suis optimiste sur la façon dont les humains peuvent s’adapter aux choses », a affirmé Timothy Beach.