Les musiciens ont une dent contre Spotify

Spotify a récemment obtenu un brevet pour un système de reconnaissance vocale capable de détecter l’état émotionnel, l’âge et le sexe d’une personne. Les informations ainsi collectées vont servir à des recommandations d’écoute personnalisées. Cependant, plus de 180 musiciens et associations se sont ligués contre l’utilisation de cette nouvelle technologie pour de nombreuses raisons.

En avril, la coalition a envoyé à Spotify une lettre ouverte lui demandant d’abandonner totalement l’exploitation de ce brevet. Malgré une réponse privée envoyée par le service suédois de streaming musical, les contestataires ont obligé la société à déclarer publiquement son engagement et à ne jamais utiliser, concéder sous licence, vendre ou monétiser ce système.

Crédits Pixabay

L’alliance inclut Access Now, Fight for the Future, Union of Musicians, Allied Workers et des biens d’autres organisations. Evan Greer, Tom Morello, Laura Jane Grace, Ted Leo, Sadie Dupuis, Downtown Boys, DIIV et Talib Kweli sont parmi les signataires.

Au risque de nuire au processus créatif ?

« Spotify affirme que la technologie de recommandation peut détecter, entre autres, l’état émotionnel, le sexe, l’âge ou l’accent afin de recommander la musique. Ceci est dangereux. Cela constitue une violation de la vie privée et d’autres droits de l’homme, et ne doit jamais être mise en œuvre ni par lui ou ni par toute autre société. »

La requête

La coalition décrit également cinq objets de crainte majeurs dont la manipulation émotionnelle, la discrimination, les violations de la vie privée, la sécurité des données et surtout les inégalités dans l’industrie de la musique. En effet, cette technologie peut aggraver les inégalités financières déjà existantes au sein de celle-ci.

Le nouvel algorithme permet d’analyser la voix de l’utilisateur afin de lui suggérer des contenus musicaux relatifs à son humeur et son état d’esprit. En ce faisant, il risque d’enfermer celui-ci dans une bulle de contenus similaires lui empêchant de découvrir d’autres genres de musique.

Un cycle d’innovation continu ?

Access Now demande, à présent, à la société de répondre de manière officielle et publique à cette requête avant le 18 mai 2021. En réaction, Spotify a renvoyé sur Engadget la lettre qu’elle a déjà envoyée à l’organisation à la mi-avril.

« Spotify n’a jamais mis en œuvre la technologie décrite dans le brevet et n’a pas l’intention de le faire. Les équipes de recherche développent constamment de nouvelles technologies dans le cadre de notre cycle d’innovation continu. Parfois, celles-ci finissent par être incluses dans nos produits et parfois non. »

Horacio Gutierrez, directeur juridique de la plateforme de streaming et responsable des affaires mondiales de Spotify

Mots-clés spotify