Les mystérieux signaux de FRB 121102 font de nouveau parler d’eux

Les Fast Radio Burst (FRB) ou sursauts radio rapides, sont de brèves émissions d’ondes radio durant seulement quelques millisecondes. Bien que les origines et le mécanisme qui se cachent sous les FRB restent jusqu’à présent méconnus, l’une d’entre elles, FRB 121102, attire l’attention des chercheurs depuis quelques années.

Découverte en 2012 par Kaustubh Rajwade, astronome de l’Université de Manchester, et ses collègues, FRB 121102 est en effet un FRB très particulier.

Crédits Pixabay

Si dans la majorité des cas, les FRB émettent des ondes radio une seule une fois, après quoi, on n’en entend plus parler, pour le cas de FRB 121102, les émissions se répètent. Plus étonnant encore, elles suivent un cycle régulier d’environ 157 jours. D’ailleurs, le 17 août dernier, FRB 121102 est sorti de son mutisme, fidèle au rendez-vous.

Un cycle périodique recalculé à 156,1 jours contre 157 jours auparavant

Comme indiqué, FRB 121102 fait depuis 2012, l’objet d’une attention particulière de la part des astronomes. Les observations ont permis de conclure que durant 60 jours, FRB 121102 n’émet aucun signal. Les 90 jours suivants, il reprend ses émissions, pour ensuite se calmer de nouveau. Et apparemment, ce cycle de 157 jours se répète selon le même schéma.

Ainsi, FRB 121102 n’a émis aucun signal entre mi-mars et fin juillet 2020. Et récemment, le 17 août dernier, les astronomes ont de nouveau assisté à 12 rafales provenant de FRB 121102, suggérant qu’il est passé dans la phase active de son cycle.

En parlant de ce cycle, après de nouveaux calculs effectués sur la base de récentes et d’anciennes observations de FRB 121102, une équipe de chercheurs a trouvé que le cycle activité-inactivité de FRB 121102 est plus exactement de 156,1 jours. Ainsi, on devrait s’attendre à ce que le phénomène s’arrête de nouveau entre le 31 août et le 9 septembre prochain.

Les signaux de FRB 121102 proviennent d’une lointaine galaxie naine

Quelques théories circulent à propos de l’origine des FRB, parmi lesquelles un type d’étoiles peu communes, les magnétars, seraient derrière le phénomène.

En effet, dans la majorité des cas, ces signaux particulièrement forts – l’énergie dégagée par un FRB est supérieure à celle provenant de centaines de millions de Soleils – proviennent de galaxies qui se trouvent à des milliards d’années-lumière de la Terre. Ce qui concorde assez avec les capacités des magnétars.

Et même si les cas sont compliqués pour les autres FRB découverts jusqu’ici , pour FRB 121102, grâce à son cycle répété, les astronomes ont pu surveiller son activité et retracer son origine, apparemment une galaxie naine située à 3 milliards d’années-lumière de la Terre.

D’ailleurs, selon les chercheurs, de futures observations nous permettront de confirmer d’éventuels changements dans le comportement de FRB 121102, particulièrement concernant sa fameuse périodicité.

Mots-clés astronomiefrb