Les parcs éoliens en mer pourraient subvenir aux besoins énergétiques mondiaux

De nombreux scientifiques recherchent la meilleure alternative pour pallier au problème d’énergies fossiles de la planète et des chercheurs américains semblent avoir trouvé un début de réponse. Selon une étude du Carnegie Institution for Science, l’installation de fermes éoliennes à grande échelle en mer suffirait à générer l’énergie nécessaire au monde entier. Concrètement, on s’attend à une production de 18 Térawatts d’électricité.

Anna Possner et Ken Caldeira, auteurs de l’étude, soulignent que les turbines placées en eaux profondes sont cinq fois plus productives que celles en terre ferme. Comme aucune grande exploitation d’énergie éolienne n’a été encore mise en place, les hypothèses avancées devraient être considérées. De plus, un tel projet n’est plus impossible de nos jours.

Parc Eolien

Même si les résultats de la recherche montrent que la vitesse et la puissance du vent varient selon les saisons, cela n’altère pas les fondements de la théorie.

Une production tenant compte des saisons

Dans l’article publié sur le site de l’Académie américaine des Sciences (PNAS), Anna Possner explique qu’« En hiver, les parcs éoliens de l’Atlantique nord pourraient fournir une énergie suffisante pour répondre à tous les besoins actuels de la civilisation. »

Selon toujours ses dires, la production diminuerait en été avec ces mêmes éoliennes. La quantité d’électricité produite n’arriverait alors à alimenter que les villes d’Europe ou celles des États-Unis.

Toutes ces données proviennent des calculs informatiques comparant la productivité des grandes fermes éoliennes du Kansas, à de gigantesques parcs éoliens virtuels en mer.

Une importante productivité en Atlantique Nord

Pour atteindre un maximum de performance, l’Atlantique Nord constituerait une zone favorable à la production d’énergie éolienne. Grâce à la grande puissance des vents de cette région, les pales des turbines présentent peu de résistance.

Ce qui laisse tourner plus vite les turbines que si elles étaient implantées à l’intérieur des terres.

De plus, l’étude menée par les deux scientifiques cités plus haut a prouvé que les éoliennes situées en eaux profondes peuvent capter l’énergie des vents soufflant dans l’atmosphère, contrairement à celles sur la terre ferme qui ne profitent que des vents avoisinant la surface. L’avenir des énergies renouvelables se trouve donc peut-être en mer.