Les personnes avec cette caractéristique physique seraient plus intelligentes que la moyenne

Il semblerait que les yeux ne soient pas uniquement le reflet de l’âme. D’après une étude récente, ils seraient aussi un bon moyen de repérer les personnes plus intelligentes que la moyenne. Explication.

L’oeil est un organe fascinant. Il permet en effet aux animaux de capter de la lumière et de l’analyser pour percevoir leur environnement. Grâce à lui, ces derniers peuvent donc évoluer sans danger dans le monde qui les entoure et cela vaut bien entendu aussi pour notre espèce.

Un oeil photographié en macro
Crédits Pixabay

L’oeil humain se compose, comme vous le savez sans doute, de plusieurs éléments.

L’oeil humain, une machine fantastique

D’abord, il y a la cornée, qui protège l’organe et qui vient se placer au-dessus de l’iris, du cristallin, mais aussi des chambres antérieures et postérieures, sans oublier le Zonule de Zinn. L’ensemble est intégré à un corps vitré placé sous le corps ciliaire relié au fameux nerf optique, qui a pour charge de transmettre toutes les données capturées au cerveau.

L’oeil est donc un organe complexe et fabuleux, mais il ne servirait finalement pas qu’à voir. C’est en tout cas ce que semble démontrer une étude récente menée par l’équipe du Georgia Institute of Technology.

Dans cette étude, les chercheurs ont choisi de chercher un lien entre nos yeux et notre intelligence.

A lire aussi : L’étonnant point commun entre le cerveau et les testicules

Un lien entre la taille de la pupille et l’intelligence ?

Pour se faire, ils ont commencé par réunir un panel composé de plusieurs individus originaires d’Atlanta. Ces derniers étaient bien entendu tous volontaires. Il leur a ensuite été demandé de passer une série de plusieurs tests, des tests permettant de déterminer leur faculté de raisonnement, mais également leur niveau d’attention et leur mémoire.

Durant tous ces tests, les volontaires étaient équipés d’un appareil de suivi oculaire extrêmement sensible et précis.

En croisant les données, les chercheurs en charge de l’étude ont alors fait une découverte pour le moins surprenante. La taille des pupilles serait directement en lien avec l’intelligence de l’individu. Plus concrètement, plus les pupilles seraient grandes, et plus l’intelligence serait élevée.

A lire aussi : Voilà ce qui se passe dans le cerveau lorsqu’on nous greffe un doigt robotique

Une histoire de zone du cerveau

En effet, sur l’ensemble des participants, les personnes qui ont obtenu les scores plus élevés étaient aussi celles dont les pupilles étaient plus grandes.

Quelle peut-être l’explication au phénomène ? Les chercheurs pensent que cela pourrait avoir un lien avec la régulation de l’activité cérébrale dans une région spécifique du cerveau. Les personnes ayant des pupilles plus grandes ont en effet montré une activité accrue dans la zone liée à l’intelligence et à la mémoire.

Le panel était en outre assez large. Il se composait en effet de cinq cents individus âgés de 18 à 35 ans.

A lire aussi : Ces fourmis peuvent reconstituer leur cerveau

Un panel composé de 500 personnes

En poussant plus loin leurs investigations, les chercheurs ont réalisé que la taille de la pupille était liée à une région située dans la partie supérieure du tronc cérébral, le locus coeruleus. Une région qui s’étend à travers tout le cerveau par le biais de connexions neuronales et qui libère en substance chimique accompagnée d’un neurotransmetteur améliorant l’attention, la mémoire ou encore la perception.

Plus intéressant, cette zone fonctionne également comme une région pivot en aidant des zones éloignées du cerveau à se connecter les unes aux autres et à travailler ensemble pour accomplir les tâches compliquées.

A lire aussi : Le drôle de cerveau des musiciens qui ont commencé jeunes

Des résultats qui doivent être confirmés

Les chercheurs ont donc élaboré une théorie, qui reste cependant à vérifier. Ils peuvent en effet que les personnes ayant des pupilles plus grandes profitent également d’une meilleure régulation de cette zone du cerveau, ce qui permet à l’individu de bénéficier de capacités cognitives accrues.

En revanche, ils insistent également sur le fait que d’autres tests seront nécessaires pour valider ou infirmer cette théorie. En attendant, vous pouvez retrouver leurs conclusions dans cet article, publié dans la revue scientifique Cognition.