Les personnes qui ont eu le Covid-19 ne seraient plus contagieuses

Une récente étude a révélé que les personnes qui ont été guéries du Covid-19 ne sont plus contagieuses. La recherche a été menée sur des personnes déclarées positives à la maladie alors qu’elles venaient de sortir du centre d’isolement, en Corée du Sud.

Les résultats pourraient avoir des implications majeures sur le travail des experts de la santé. En effet, les pays se débattent actuellement sur la voie vers un déconfinement plus sécurisé.

Un homme enfilant des gants en plastique

Crédits Pixabay

Les chercheurs ont, alors, prélevé des échantillons auprès des personnes réinfectées et ont découvert que leurs corps ne contenaient plus de particules virales infectieuses. Le KCDC (Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies), en Corée du Sud, a publié les mêmes résultats.

Un résultat positif après un test négatif signifierait, tout simplement, que le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le Covid-19, prendrait son temps avant de quitter le corps. Le patient ne risquerait plus d’infecter d’autres personnes.

Aucune preuve d’infectiosité chez les survivants

L’équipe de scientifiques a étudié 285 patients qui ont survécu au Coronavirus, mais qui ont été testés à nouveau positifs. Ils ont constaté que les survivants n’étaient plus contagieux. Aucune des 790 personnes ayant eu des contacts avec eux n’a attrapé le virus.

« Une enquête épidémiologique a été menée sur 285 personnes réinfectées, tandis que des analyses de laboratoire ont été effectuées sur 108 cas. Les 790 personnes qui ont eu des contacts avec ces cas réinfectés n’ont révélé aucun signe positif », est-il indiqué dans le rapport.

Puisqu’aucune particule virale infectieuse n’a été constatée chez les personnes guéries, le KCDC a cessé d’appliquer les protocoles destinés à prévenir les cas de rechute.

« Sur la base d’une surveillance active, d’une enquête épidémiologique et des tests de laboratoire sur les cas redevenus positifs et leurs contacts, aucune preuve qui indiquerait l’infectiosité n’a été trouvée », ont déclaré les chercheurs.

Encore des mystères autour de ce virus ravageur

L’essentiel est que les scientifiques ont trouvé des anticorps neutralisants qui pourraient empêcher le virus de pénétrer dans les cellules chez ses patients. Des enquêtes sur ce sujet sont déjà en cours.

« Les enquêtes seront poursuivies, car le début et la durée de l’excrétion virale et la période d’infectiosité du Covid-19 ne sont pas encore connus. Il est possible que l’ARN du virus soit encore détecté dans les voies respiratoires pendant des semaines. Toutefois, cela ne signifie pas que le virus infectieux soit présent », ont affirmé les experts.