Les plantes s’adaptent pour survivre au réchauffement climatique

La phénologie permet de décrire les phases de développement saisonnier des plantes, que ce soit lors de la feuillaison, de la floraison ou de la fructification. L’étude de la phénologie des plantes permet alors aux scientifiques de comprendre les systèmes d’adaptations utilisées par les végétaux face aux changements climatiques. C’est pourquoi, le 28 juillet dernier, une équipe de recherche dirigée par le professeur HUANG Jianguo du collège des sciences de la vie de l’Université du Zhejiang a rendu publics les résultats de leurs travaux sur la phénologie de six plantes à bois poussant dans les zones tempérées.

Concept d'écologie changement d'environnement forêt d'arbres sécheresse et forêt d'oiseaux volants rafraîchissante

Les chercheurs ont notamment comparé l’impact du changement du climat sur la période de développement des fruits et la croissance végétative de ces espèces de ligneuses tempérées. Ils ont alors découvert que ces deux évènements évoluaient en même temps que le changement climatique, mais pas nécessairement à la même vitesse.

Ces résultats suggèrent que chaque espèce développe sa propre stratégie phénologique de reproduction face au réchauffement climatique.

Des stratégies d’adaptation différentes chez les plantes à bois

Le réchauffement climatique a considérablement modifié la phénologie des plantes au cours des dernières décennies. Les températures extrêmes ainsi que la tarification de l’eau suite aux épisodes de sécheresse intenses perturbent l’homéostasie de leurs cellules et les obligent à adopter des stratégies adaptatives.

Certaines plantes allongent leurs racines ou élargissement leurs feuilles pour survivre dans un environnement de plus en plus hostile. Des précédentes études se sont déjà penchées sur la phénologie des plantes, mais la période de développement des fruits qui s’étend de la floraison à la fructification reste encore largement inexplorée.

Des techniques de reproduction différentes chez les espèces ligneuses  

HUANG Jianguo et son équipe ont analysé des données récoltées suite à plus de 560 000 observations in situ des dates de floraison et de fructification de six espèces ligneuses tempérées. Ces dernières ont été plantées sur 2958 sites d’observations phénologiques européennes entre 1980 et 2013.

Les résultats de cette étude ont alors permis de mettre en évidence des stratégies phénologiques de reproduction différentes d’une espèce à l’autre sous la pression du réchauffement climatique. À l’opposé, l’allongement de la saison de croissance végétative est en grande partie similaire chez toutes les plantes à bois. Ces travaux peuvent aider développer des arbres capables de faire face aux bouleversements climatiques à venir.

SOURCE : MIRAGENEWS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.