Les pompiers de Los Angeles vont utiliser plus de drones pour lutter contre les incendies

Les drones ne sont pas uniquement là pour servir les intérêts des vidéastes ou des passionnés de voltige. Ils permettent également de sauver des vies. Le service des incendies de Los Angeles en sait quelque chose, car depuis quelques mois, ses pompiers sont assistés par des drones dans leur travail.

En effet depuis un accord de partenariat signé en avril dernier avec DJI, fabricant chinois de drones, le Los Angeles Fire Department (LAFD) utilise une dizaine de drones. Cet accord bilatéral vise à tester l’utilisation des drones pour appuyer les missions de préparations des interventions d’urgence.

Incendie

Crédits Pixabay

Au terme de cinq mois d’essais concluants, Richard Fields, le Chef de Bataillon et responsable du département Systèmes Aériens Non-habités, envisage de doubler la flotte de drones du LAFD.

Plus de drones pour optimiser les interventions

Si le LAFD veut doubler sa flotte de drones, c’est parce que ces derniers ont fait leurs preuves et ont permis aux pompiers de mieux faire leur travail. Le service souhaite ainsi passer à la vitesse supérieure en exploitant davantage le potentiel de ces engins volants.

Comme l’explique Richard Fields : « Notre prochain projet consiste à utiliser nos drones pour aider nos ressources spécialisées. Ce sont des pompiers et des équipes de soutien qui traitent des matières dangereuses, de la recherche et du sauvetage en milieu urbain, des environnements marins et du sauvetage en eau vive. »

Le LAFD mise sur les nouvelles technologies

D’après Richard Fields, les besoins technologiques du LAFD vont bien au-delà des drones. En plus de ces appareils, le service utilise également des capteurs infrarouges dont l’imagerie thermique est vraiment très utile pour une meilleure reconnaissance sur terrain avant les interventions.

Pour ce qui est des drones, Fields explique que les pompiers du LAFD suivent une formation spéciale pour savoir piloter correctement les drones. Le chef de la division a indiqué qu’environ 80 heures d’entraînement sont nécessaires pour maîtriser une manipulation parfaite des appareils.

Si les intentions du LAFD sont bonnes, le fait que le service utilise des drones DJI inquiète les autorités, en raison des relations tendues entre les États-Unis et la Chine. Le ministère de la Défense craint que les drones puissent servir d’outils d’espionnage.

Le LAFD maintient cependant qu’il n’y a absolument rien à craindre, car les seules données transmises par les drones concernent la situation en temps réel du drone ainsi que les images du lieu d’intervention pour permettre aux pompiers de prendre les meilleures décisions.

Mots-clés incendie