Les premiers humains et les Néandertaliens avaient l’air de bien s’entendre

L’Homme de Néandertal, ou Néandertalien, est une espèce humaine éteinte il y a environ 30 000 ans. Il a vécu en Asie centrale, au Moyen-Orient et en Europe, et était physiquement plus robuste, plus trapu et plus lourd qu’Homo sapiens (l’Homme moderne, l’espèce à laquelle nous appartenons).

Pourtant, une nouvelle étude montre que ces deux types d’Homme ne trouvaient aucun inconvénient à se mélanger. Il semble même que c’était quelque chose de plus habituel qu’on le pensait.

L'Homme de Néanderthal

Crédits Pixabay

L’Homme moderne et l’Homme de Néandertal plus proches qu’on le pensait

La nouvelle étude, publiée dans Genetics, a été menée par un groupe de chercheurs qui a analysé l’ADN de centaines de personnes d’ascendance eurasienne,  nos ancêtres qui vivaient sur Eurasie (lorsque l’Europe et l’Asie formaient un continent unique).

Chose surprenante, ils ont trouvé dans ces ADN des traces génétiques de Néandertaliens qui vivaient dans les montagnes de l’Altaï en Sibérie moderne. Preuve que ces Néandertaliens se sont mélangés aux Hommes modernes d’Eurasie et qu’ils ont eu des descendants.

Ce n’est que récemment qu’on a découvert que l’Homme de Néandertal et l’Homme moderne se mélangeaient et avaient des enfants ensemble.

Des recherches génomiques modernes et de nouvelles découvertes archéologiques ont montré que l’Homo sapiens n’a pas simplement remplacé d’autres espèces concurrentes, comme les Néandertaliens et les Denisoviens. Il s’est plutôt mêlé à elles.

Et on peut même se réjouir qu’il y ait eu ce mélange, puisqu’il existe des preuves qui suggèrent que notre ADN néandertalien nous aide à renforcer notre défense immunitaire contre les épidémies virales. Ce qui est une très bonne nouvelle en ces temps de pandémie.

Les Néandertaliens et les Hommes moderne se sont mélangés très souvent

On a supposé pendant longtemps que la petite dose d’ADN (généralement environ 2%) des Néandertaliens que nous avons en nous était le résultat d’une brève rencontre il y a des milliers d’années entre les deux espèces. Toutefois, il y a de plus en plus de preuves qui montrent qu’il ne s’agit aucunement d’une brève rencontre, mais plutôt d’une histoire d’amour beaucoup plus fréquente.

Toutes ces nouvelles découvertes tendent à montrer que dans un passé très lointain, les ancêtres des Européens de l’Ouest et des Asiatiques de l’Est se sont mélangés à plusieurs reprises à différentes lignées néandertaliennes alors qu’ils se répandaient sur le continent africain.

Mots-clés anthropologie