Les premiers touristes de l’espace feront face à de nombreux risques

Le tourisme spatial sera bientôt une réalité. En effet, de nombreuses entreprises travaillent activement pour pouvoir proposer des voyages dans l’espace à des particuliers. Dans ce domaine, SpaceX est déjà considéré comme une référence et pour cause. Le 30 mai 2020, la société spatiale d’Elon Musk a effectué le lancement inaugural de sa capsule Crew Dragon, avec deux astronautes de la NASA à son bord.

La réussite de ce lancement prouve la capacité du secteur privé à construire et à exploiter un lanceur pour les vols habités dans l’espace. SpaceX n’est pas la seule entreprise à viser le tourisme spatial. Des sociétés comme Boeing et Lockheed œuvrent également dans cette voie.

Une panache de fumée lors du lancement dune roquette

Photo SpaceX. Crédits PIxabay

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Vous l’aurez compris, le tourisme spatial ne sera bientôt plus un rêve. Toutefois, pour profiter de ce genre de voyage, il faudra avoir un portefeuille bien garni. En dehors des préoccupations financières, les futurs touristes spatiaux devront également se préparer aux risques auxquels ils pourraient faire face.

Des dangers qui restent inconnus

Sara M. Langston, professeur au sein du Spaceflight Operations du Embry-Riddle Aeronautical University, a publié un article sur le site The Conversation dans lequel elle explique les risques auxquels s’exposent les touristes spatiaux.  Sans préambule, elle a déclaré que les voyages spatiaux sont « naturellement dangereux. »

« Si certains dangers liés aux vols spatiaux et à l’environnement spatial –comme la force de gravitation, les radiations, les vibrations ou la microgravité – sont bien documentés, d’autres restent inconnus », a-t-elle écrit.

Des touristes qui voyageront à leurs risques et périls

Sara M. Langston a souligné le fait que les touristes spatiaux ne jouissent pas de la protection de la Federal Aviation Administration (FAA), qui se charge des réglementations et des contrôles concernant l’aviation civile aux États-Unis.

« Cela signifie qu’ils s’exposent à des risques énormes », a-t-elle expliqué.

Qui plus est, il n’existe aucun critère de sélection médicale pour ces voyageurs. D’après Sara M. Langston, la société qui organise le voyage sera libre de déterminer ces critères, comme l’a fait Virgin Galactic. Ces entreprises devront également organiser des séances d’entraînement pour préparer les participants.

La FAA a indiqué que les touristes spatiaux doivent être âgés au minimum de 18 ans. Il est à noter que la réglementation oblige les sociétés spatiales à informer les voyageurs et l’équipage du fait que « le gouvernement américain ne garantit pas la sécurité des voyages et des véhicules spatiaux pour les humains. »

Mots-clés espaxesanté