Les requêtes du gouvernement pour obtenir des données d’utilisateurs ne cessent d’augmenter, selon Twitter

Twitter a récemment publié son rapport semestriel de transparence, rapporte TechCrunch le jeudi 31 octobre 2019. Le rapport couvre l’activité du réseau social du mois de janvier au mois de juin. Cependant, la plateforme sociale a révélé une hausse conséquente du nombre de demandes émanant de différents gouvernements pour avoir accès à des données d’utilisateur.

Plus précisément, l’entreprise affirme qu’il y a eu une hausse de 6% par rapport à 2018. Elle indique effectivement avoir reçu non moins 7.300 requêtes concernant des données d’utilisateur. Par contre, le nombre de comptes concernés par ces demandes a diminué de 25%.

Crédits Pixabay

Les requêtes ne se limitaient pas seulement à des comptes d’utilisateurs, mais aussi à des comptes de diffusion de vidéo en continu.

Les États-Unis ont émis le plus de demandes

Les USA arrivent en tête de liste sur les gouvernements ayant envoyé le plus de demandes de données d’utilisateurs à Twitter. Les requêtes du gouvernement américain totalisent, en effet, un tiers de toutes les demandes reçues entre janvier et juin 2019. Les États-Unis ont déposé 2.120 demandes pour 4.150 comptes.

Le Japon avait également émis 1.742 demandes concernant 2.445 comptes. Outre les données d’utilisateurs, Twitter avait également reçu 33 demandes de données concernant 86 comptes de diffusion de vidéo en continu sur Periscope. Dans 60% des cas, ces requêtes exigeaient la divulgation de certaines informations.

Twitter fait le ménage sur sa plateforme

En marge de ces requêtes, Twitter affirme aussi avoir reçu trois lettres qui semblaient émaner de la sécurité nationale et qui peuvent obliger les entreprises à transmettre des données personnelles à la demande du FBI.

A noter que ces lettres ne sont pas approuvées par un magistrat et sont souvent accompagnées d’une ordonnance de bâillon qui soumet les entreprises au silence.

Néanmoins, grâce à l’adoption de l’USA Freedom Act, en 2015, les entreprises peuvent désormais demander la levée de ces ordonnances. Malgré tout, le rapport de Twitter indique une augmentation généralisée de contenus haineux et d’abus sur la plateforme. Mais la plateforme se veut rassurante et déclare avoir déjà supprimé 124.339 comptes pour usurpation d’identité et 115.861 comptes pour promotion du terrorisme. En parallèle, Twitter note une baisse de 30% de ces comptes prohibés par rapport à l’année dernière. Enfin, la plateforme sociale affirme avoir retiré 244.188 comptes liées à l’exploitation sexuelle d’enfants.

Mots-clés twitter