Les résultats d’études préliminaires suggèrent que le Covid-19 ne se transmet pas d’une mère enceinte à son enfant

Actuellement, les informations sur l’épidémie mortelle causée par le virus Covid-19 sont encore lacunaires.

Concernant le cas d’une mère enceinte et infectée par le virus, les scientifiques ont voulu savoir si ce dernier pouvait être transmis à son enfant. Selon les résultats préliminaires de l’étude, le Covid-19 ne pourrait pas être transmis pendant la grossesse.

Crédits Pixabay

Les résultats de ces recherches préliminaires ne peuvent cependant pas être considérés comme totalement significatifs, car le nombre d’échantillons étudiés était assez petit et l’étude ne concernait que des femmes enceintes au troisième trimestre de grossesse et ayant accouché par césarienne.

Yuanzhen Zhang, auteur principal de l’étude et professeur à Zhongnan Hospital de l’Université de Wuhan, en Chine, a déclaré qu’il était important de porter une attention particulière aux nouveau-nés dont les mères sont porteuses du virus Covid-19.

Les virus passent parfois d’une mère à son enfant…

Il n’y a pas longtemps, les nouvelles ont rapporté le cas d’un nourrisson en Chine qui avait été testé positif au coronavirus 36 heures après sa naissance. Les scientifiques ne savent pas encore exactement comment il a contracté le virus. Toutefois, il est possible que le nourrisson ait attrapé le virus juste après sa naissance.

Selon un rapport de l’American College of Obstetricians and Gynecologists, certains agents pathogènes comme le VIH peuvent se transmettre de la mère à l’enfant à travers le sang qui pénètre dans le placenta ou par l’intermédiaire des fluides corporels tels que le sang au cours de l’accouchement. Un article dans The Guardian indique cependant que les virus, surtout les virus respiratoires, se transmettent rarement de cette manière.

Le déroulement des recherches

La nouvelle étude consistait à recueillir des informations sur neuf femmes enceintes infectées par Covid-19. Elles ont été admises à l’hôpital de Wuhan et étaient enceintes de  36 à 39 semaines.

Durant l’accouchement par césarienne, les médecins ont collecté plusieurs types d’échantillons, notamment des échantillons de liquide amniotique, du sang provenant du cordon ombilical, du lait maternel, et des échantillons de tissu provenant de la gorge du bébé.

Les chercheurs ont déclaré dans leur article publié le 12 février dans la revue The Lancet que « les résultats du petit groupe de cas suggèrent qu’il n’y a actuellement aucune preuve d’infection intra-utérine chez les femmes infectées par Covid-19 en fin de grossesse ».

Ils ont toutefois indiqué que des études plus approfondies sont nécessaires afin d’étudier le cas des femmes à différents stades de la grossesse. Le cas des femmes accouchant par voie basse devrait également être suivi de près.

Selon les chercheurs, toutes ces recherches sont indispensables pour mieux surveiller la santé des mères et des bébés exposés au coronavirus.

Mots-clés CoronavirusCovid-19