Les robots serveurs de Bear Robotics intéressent les investisseurs

Avez-vous déjà entendu parler de Penny, le robot serveur dans le restaurant coréen Kang Nam Tofu House à Milpitas, en Californie ? Eh bien, ce premier robot serveur, aux allures de R2-D2 de Star Wars, créé par Bear Robotics est parvenu à séduire les clients.

Et ils ne sont pas les seuls à l’aimer, car de nombreux investisseurs sont également prêts à financer la startup pour en fabriquer d’autres.

Crédits Pixabay

D’après le dossier déposé auprès de la Securities and Exchange Commission, Bear Robotics a déjà réussi à collecter 10,2 millions de dollars auprès d’une dizaine d’investisseurs.

Dans peu de temps, dès que la startup arrivera à lever assez de fonds, vous verrez sûrement plusieurs robots serveurs dans des restaurants futuristes.

Les investisseurs sont conquis

Après avoir mis en service Penny, le premier modèle de robot serveur, en juillet dernier, Bear Robotics s’est lancé à la chasse aux investisseurs pour passer aux choses sérieuses. La startup spécialisée dans la fabrication de robots qui aident à la livraison de nourriture dans les restaurants n’a visiblement pas eu de difficulté à trouver du financement. D’ailleurs, ils sont déjà sur le point d’atteindre leur objectif du premier round d’investissement de 35,8 millions de dollars.

Si l’on en croit TechCrunh, les actionnaires de Bear pourraient s’inspirer du restaurant hautement automatisé d’Alibaba à Shanghaï qui utilise déjà des robots serveurs. L’autre cas de figure serait de lancer un restaurant où tout le personnel serait des robots : du chef qui concocte les plats, au garçon qui sert les clients, en passant par le caissier.

Un robot qui aide beaucoup

Selon John Ha, co-fondateur de Bear Robotics, la tâche de Penny est d’aider les serveurs et non pas de les remplacer. Ce petit-fils, fils de restaurateur et restaurateur aussi durant un certain temps, a longtemps été spectateur de toutes les complications pouvant survenir dans la gestion des restaurants.

Il a alors décidé de concevoir avec son équipe un robot qui prendrait en charge les tâches les plus difficiles pour permettre aux serveurs de se concentrer sur la clientèle.

Le business model de Bear Robotics va bien entendu dépendre des futurs actionnaires. Quoi qu’il en soit, les collègues de Penny ne tarderont pas à débarquer en France et ce sont les fans de sciences-fictions qui vont se réjouir. Et pour ceux qui chérissent les bonnes vieilles interactions humaines dans les restaurants, inutile de paniquer, car les robots ne risqueront pas d’inonder notre monde de sitôt.

Mots-clés robotique