Les scientifiques ont confirmé que l’extinction des dinosaures a bien été causée par un astéroïde et non pas par des volcans

Certains scientifiques pensent que les éruptions volcaniques ont été la principale cause de l’extinction massive des dinosaures, il y a de cela des dizaines de millions d’années. Une étude récente basée sur l’analyse de fossiles marins a cependant prouvé que ces éruptions volcaniques n’avaient rien à voir avec ce grand événement.

Les recherches ont été menées par des scientifiques travaillant à l’University College London (UCL) et à l’Université de Southampton.

Un astéroïde filant vers la Terre

Crédits Pixabay

Leur principal objectif était de déterminer ce qui avait réellement causé l’extinction du Crétacé-Paléogène : des éruptions volcaniques, un astéroïde, ou les deux à la fois ?

Selon les résultats de l’étude, les séries d’éruptions volcaniques qui ont à l’époque touché l’Inde et ont entraîné la formation du Deccan Traps se sont produites des centaines de milliers d’années avant l’extinction massive.

La mort des dinosaures ne peut donc pas être considérée comme étant le résultat des activités volcaniques.

Les fossiles marins, témoins du passé

D’après le professeur Paul Bown, co-auteur de l’étude et travaillant à l’UCL Earth Sciences, la majorité des scientifiques sont d’accord avec la théorie selon laquelle l’extinction de masse qui a fait disparaître les dinosaures a été causée par un astéroïde géant, tombé sur la Terre il y a 66 millions d’années.

Il a ajouté que leur travail a permis de confirmer cette hypothèse. Lors de l’étude, les chercheurs ont prélevé des fossiles microscopiques du fond marin se trouvant près de Terre-Neuve, au Canada. Le but était de déterminer les éventuels changements du cycle du carbone et les températures des océans lors de l’extinction de masse.

Après avoir développé des modèles climatiques correspondant aux effets de la libération de dioxyde de carbone par les activités volcaniques, les scientifiques ont pu conclure que les émissions de gaz par les volcans se sont produites bien avant l’extinction. L’impact de l’astéroïde quant à lui coïncide exactement avec le moment de l’extinction massive.

Des événements et des conséquences

Les scientifiques derrière la récente étude ont aussi ajouté que les modèles climatiques ont  montré que les activités volcaniques n’ont engendré qu’un réchauffement planétaire progressif de 2 degrés seulement. Pour les écosystèmes marins, cette hausse n’a pas vraiment eu d’effet significatif.

Pour ce qui est des conséquences de l’extinction de masse, Donald Penman, également co-auteur de l’étude et postdoctorant à Yale University, a expliqué que cela a provoqué un grand changement dans le cycle global du carbone.

Quant aux conséquences des activités volcaniques, selon les scientifiques, les gaz émis lors des éruptions ont pu jouer un rôle important dans la prolifération de nombreuses espèces après l’extinction massive.