Les scientifiques ont découvert que l’astéroïde Itokawa contient bien de l’eau

Des chercheurs issus de l’Université d’Arizona State ont trouvé de l’eau dans deux échantillons provenant de l’astéroïde Itokawa, plus exactement, de la surface de l’astéroïde. Ramenés sur Terre par la sonde japonaise Hayabusa, ces fragments font partie d’un lot 5 échantillons que l’Agence Spatiale Japonaise JAXA a partagés avec les équipes américaines.

D’après l’étude réalisée par Ziliang Jin et Maitrayee Bose et récemment publiée dans Science Advances, deux échantillons, codés respectivement RA-QD02-0057 et RA-QD02-0061, sont plus riches en eau, en proportion « plus élevée par rapport à la moyenne des objets du système solaire interne. »

Les scientifiques ont découvert que l'astéroïde Itokawa contient bien de l'eau

Crédits Pixabay

Les échantillons ont été analysés grâce à une technique faisant appel à la spectrographie de masse à ions nanométriques (NanoSIMS), permettant d’effectuer des mesures à haute sensibilité sur les grains de pyroxène qui entrent dans la composition des échantillons et qui contiennent les traces d’eau.

Les astéroïdes seraient également à l’origine de l’eau sur Terre

C’est une découverte assez triviale, car au départ, chercher de l’eau dans les échantillons ramenés par Hayabusa depuis Itokawa n’était pas venu à l’idée de l’équipe en charge du projet spatial. Jusqu’à ce que ces deux chercheurs la proposent, et finalement, « leur intuition était la bonne et a bien porté ses fruits », selon le professeur Bose.

Les mesures obtenues à partir de la technique NanoSIMS ont révélé que des astéroïdes relativement secs comme Itokawa pourraient bien contenir plus d’eau que ne le pensaient les scientifiques jusqu’à présent. Et malgré les rudes épreuves que l’astéroïde a bravées au cours de son histoire telles que les cycles de réchauffement, l’exposition aux radiations stellaires, les chocs et les impacts divers, et même sa fragmentation, l’eau n’en a pas été chassée.

L’équipe pense d’ailleurs qu’au début de l’histoire de la Terre, des impacts avec des astéroïdes de ce genre auraient contribué à apporter jusqu’à la moitié de l’eau à notre planète.

Les astéroïdes sont des cibles hautement prioritaires pour l’exploration spatiale

Itokawa fait partie des astéroïdes de la classe S, les objets les plus courants de la ceinture d’astéroïde. Et malgré sa petite taille (environ 549 mètres de long sur 213,5 mètres à 305 mètres de large) elle a bien conservé l’eau et les autres matières volatiles qui ont contribué à sa formation.

Étudier la composition des astéroïdes et autres planétésimaux qui peuplent notre système solaire nous aidera à mieux comprendre les origines de sa formation. D’où le développement des missions à destination d’autres astéroïdes tels que Ryugu avec la sonde japonaise Hayabusa 2, ou encore OSIRIS-REx de la NASA, parti pour Bennu.

Si Itokawa nous a mieux renseignés sur les contenus volatils des corps qui ont pris part à la formation de la Terre, selon le professeur Bose, « il ne serait pas étonnant qu’un mécanisme similaire de production d’ eau soit commun aux exoplanètes rocheuses entourant d’autres étoiles. »

Mots-clés astéroïdeespace