Les scientifiques sont tombés sur une nouvelle classe de trous noirs, des poids plume cette fois

Les trous noirs sont parmi les objets qui continuent de susciter un fort intérêt auprès des chercheurs en astrophysique. Et c’est assez compréhensible en raison des nombreuses questions qui restent en suspens en ce qui les concerne, comme pour ce qui est de leur formation ou de leur origine, de leur nature ou encore de leur évolution.

Si on attribue habituellement aux trous noirs des tailles assez conséquentes avec des masses pouvant aller de cinq à une trentaine de fois la masse du Soleil, les découvertes de Todd Thompson, professeur d’astronomie à l’Ohio State University suggère qu’il existerait des trous noirs beaucoup plus petits.

Trou noir

Crédits Pixabay

Selon les résultats de ses recherches, il aurait en effet mis la main sur un trou noir peu massif, donc beaucoup plus léger, de l’ordre de seulement 3,3 fois la masse du Soleil. Une découverte qui ouvre la voie sur l’étude d’une nouvelle classe de trous noirs.

Plusieurs centaines de systèmes binaires ont été passé en revue

Pour mettre la main sur ce fameux trou noir de faible masse, Todd Thompson a passé en revue et analysé les données collectées dans le cadre des observations APOGEE (Apache Point Observatory Galactic Evolution Experiment) sur environ 100.000 étoiles de la Voie Lactée.

Il a ensuite réduit son champ d’études à seulement 200 systèmes binaires assez intéressants. Ces derniers ont chacun été l’objet d’observations et de compilations d’images, et les données ont ensuite été analysées Par Thompson et un autre chercheur, Tharindu Jayasinghe.

Et c’est là que e binôme a mis en évidence un système binaire particulier, composé d’une étoile géante rouge orbitant autour d’un objet plus petit que les habituels trous noirs, mais plus grand que les habituelles étoiles à neutrons.

Seulement 3,3 fois la masse de notre Soleil

En allant plus loin dans la mesure et l’observation de ce système binaire assez particulier, les chercheurs se sont rendu compte qu’ils ont mis la main sur un trou noir de faible masse.

En effet, ce dernier fait seulement 3,3 fois la masse solaire, ce qui, en comparaison avec les autres trous noirs de la Voie Lactée, en fait un poids plume.

Selon le professeur Thompson, cette découverte a permis de mettre au point « une nouvelle méthode de recherche des trous noirs (…) mais nous avons aussi potentiellement identifié l’un des premiers d’une nouvelle classe de trous noirs de faible masse que les astronomes n’avaient jamais connus auparavant. »

Et c’est comme si dans une ville peuplée de gens de grande taille, on ne savait même pas que des personnes de petite taille pouvaient également exister.