Les selfies, le cloud et le vol de smartphones ne font pas bon ménage

Les selfies, le cloud et le vol de smartphones forment un mélange dangereux et c’est en tout cas ce que l’on peut déduire de cette drôle d’histoire. Un homme s’est en effet retrouvé dans le collimateur des autorités britanniques après avoir eu la mauvaise idée de se prendre en photo avec le smartphone d’une de ses victimes.

L’histoire remonte à la semaine dernière. Une femme dont l’identité n’a pas été communiquée a garé sa voiture dans un district situé dans le comté de West Midlands, en Angleterre.

Selfies voleur

Pressée, la conductrice a oublié son téléphone dans son véhicule et un homme a profité de l’occasion pour le dérober.

Il vole un smartphone et prend ensuite des selfies avec

Peu de temps après, la propriétaire du téléphone, une femme de 59 ans originaire de la région, a eu la surprise de voir des photos apparaître dans le cloud de Google, des photos prises par un homme portant de bien étranges lunettes de soleil.

En vérifiant les données EXIF des clichés, elle a alors réalisé que ces photos avaient toutes été prises avec son téléphone volé.

Passablement agacée par la chose, la femme s’est immédiatement rendue à la police avec ces photos sous le coude. Les policiers semblent prendre l’affaire très au sérieux et un porte-parole de la police locale a ainsi annoncé tout mettre en oeuvre pour retrouver l’auteur de ces images. Mieux, elle a même lancé un appel sur Internet et les réseaux sociaux afin de faciliter l’identification de l’homme.

Les photos se sont retrouvées dans le cloud de Google

Elle espère en effet que des internautes le reconnaîtront. Pour le moment, cette initiative n’a malheureusement rien donné et le voleur présumé n’a donc pas été identifié ou arrêté.

Ceci étant, ces photos ont tout de même provoqué pas mal de remous sur les réseaux sociaux et elles ont ainsi beaucoup fait rire les internautes.

Il semblerait en effet que les lunettes de soleil du voleur ne fassent pas tout à fait l’unanimité sur la toile, pas plus que ces drôles de grimaces.