Les selfies funéraires, de plus en plus populaires au Québec

Les selfies funéraires seraient-ils en train de se répandre tranquillement à travers le monde ? Il semblerait que ce soit le cas. Ils sont de plus en plus populaires au Québec. La Corporation des Thanatologues souhaite une réglementation afin d’éviter les abus.

Ce n’est pas vraiment une révélation, mais les selfies ont une cote monstre depuis quelques années. Certains utilisateurs vont d’ailleurs très loin pour prendre la photo parfaite. Trop loin, même, puisque des centaines de personnes perdent la vie chaque année en se livrant à cet exercice.

Selfies funéraires

Les selfies funéraires ont de plus en plus la côte… notamment au Québec.

Certaines vont même jusqu’à provoquer la mort d’animaux innocents.

Les selfies sont toujours autant à la mode

Les gens ont donc pris l’habitude d’immortaliser tous les moments importants de leur vie. Cela vaut aussi pour la mort de leurs proches.

La France et l’Europe sont encore épargnées, mais cette pratique est devenue extrêmement courante aux États-Unis. Depuis quelques semaines, elle est en train de s’étendre au Québec.

Denis Destochers, le président de la Corporation des Thanatologues du Québec, a pris la parole un peu plus tôt dans la semaine pour dénoncer cette pratique et tirer la sonnette d’alarme. D’après lui, ces photos n’ont rien d’anodin et elles portent ainsi préjudice à la famille du défunt.

Danny Gallant, le directeur général du Centre funéraire Côte-des-Neiges, a fait le même constat de son côté. Désormais, dans un cas sur deux, des personnes tentent de se prendre en photo durant des funérailles.

Pour l’heure, aucune famille n’a porté plainte, mais Patrice Chavegros, le vice-président Ventes & Services de Magnus Poitier, pense qu’il est nécessaire de réglementer ou d’encadrer cette pratique. Du moins pour tout ce qui est en lien avec le partage : “Si des gens veulent prendre des selfies ou des vidéos des défunts […], ils ont le droit de le faire. Mais qu’est-ce qu’ils vont faire après, en sortant ?”

Les selfies peuvent-ils s’inscrire dans le processus de deuil ?

Car tout le problème est là, finalement. La plupart du temps, les photos prises durant ces occasions si particulières finissent par être publiées sur les réseaux sociaux.

Josée Jacques, une psychologue spécialisée dans le deuil, a une position plus tempérée pour sa part. D’après elle, voir la dépouille d’un proche et constater son décès facilitent le processus de deuil. Du moins lorsque sa disparition est expliquée… et explicable.

Dans ce cas précis, ce qui compte, c’est donc l’intention derrière la photo. Pour elle, si une personne prend un selfie dans l’optique de faire son deuil, il faut la laisser faire. En revanche, si c’est pour s’amuser, c’est autre chose.

Mots-clés insoliteselfies