Les selfies vont avoir leur musée

Les selfies, souvent stigmatisés par certains, sont pourtant, il faut bien l’admettre, pratiqués par la majorité des internautes. Avec l’avènement des réseaux sociaux et la démocratisation des smartphones, ce nouveau phénomène de société anime la jeunesse contemporaine. Dernièrement, on a même assisté à l’apparition de lieux dédiés à l’autoportrait photographique, comme le Museum of Ice Cream. Bientôt, un musée intégralement consacré aux selfies ouvrira ses portes à Los Angeles.

Les visiteurs pourront visiter le Museum of Selfies ou Musée des Selfies en janvier 2018. L’un des principaux objectifs du musée sera de lancer les débats et de susciter les réflexions sur les selfies et leur dimension artistique. Ainsi, des questions métaphysiques comme « qu’est-ce que l’art du selfie ? » ou « pourquoi dédaignons-nous les selfies ?  » y sont posées.

Mort Selfie

Contrairement à certains musées classiques où il est interdit d’emmener des perches à selfies, le Musée des Selfies les accueillera à bras ouverts.

Un trône de fer fait de perches à selfie

« Nous voulons vraiment que les gens soient surpris par l’intégralité de l’exposition », a confié Tommy Honton, le cofondateur du musée. « Nous espérons qu’ils rient, qu’ils soient surpris ou amusés, et qu’ils ne puissent pas s’empêcher de vouloir prendre des photos avec ce qu’ils voient », a-t-il ajouté.

Le Museum of Selfies a déjà publié de nombreuses photos sur Instagram. D’après les posts, il sera surtout question de combiner art et technologie. Certains portraits comme un Voldermort en train de se photographier, ou la Mona Lisa, seront exposés sur les murs de l’établissement. Les visiteurs pourront ainsi se prendre en selfie devant quelqu’un qui se prend en selfie.

Dans la série Game of Thrones, celui ou celle qui règne sur les sept couronnes s’assoie sur le trône de fer, constitué des mille épées des anciens rois. Dans le Muséum of Selfies, les gens pourront constater un trône de selfies, fait de bâtons de selfies.

L’art et l’histoire sont bien plus ouverts

Parmi les sujets de réflexions proposés par le musée, il y a celui des décès causés par les accidents de selfie. Pour information, d’octobre 2011 à septembre 2017, trois cent cinquante-huit personnes sont mortes pour cette raison.

Sur Instagram, le musée a posé la question suivante : « Quelle est la chose la plus risquée que vous avez faite pour obtenir une photo?».

« Les gens connaissent les selfies, ils connaissent ce mot, et ils en font », a noté Tommy Honton. « Notre objectif est donc que, lorsqu’ils entrent et s’aperçoivent que, ‘mais attendez, les gens ont fait leur autoportrait depuis bien plus longtemps que je ne le pensais’, qu’ils puissent commencer à voir que l’art et l’histoire sont bien plus ouverts qu’il n’y paraît », a-t-il poursuivi.

Mots-clés selfies