Les traitements de fertilité peuvent causer une insuffisance cardiaque pendant la grossesse

La mort de la mère durant la grossesse ou quelque temps après l’accouchement est un phénomène relativement courant chez les femmes qui suivent des traitements de fertilité.

Connue sous le nom de cardiomyopathie péripartum, cette maladie se caractérise par une insuffisance cardiaque qui semble ne pas être directement liée aux traitements eux-mêmes, mais plutôt aux causes de l’infertilité.

Enceinte

Crédits Pixabay

Afin de mieux cerner le problème qui tourne autour de la cardiomyopathie, des chercheurs allemands ont effectué des études plus approfondies sur le sujet. Le 25 mai dernier, ils ont présenté leurs résultats lors de la Conférence Heart Failure 2019 à Athènes, en Grèce.

Selon leurs conclusions, les femmes suivant des traitements de fertilité auraient cinq fois plus de chance, ou plutôt de « malchance », de contracter cette maladie que les femmes qui ont une grossesse normale.

Liens entre l’infertilité et la cardiomyopathie

D’après un sondage, l’insuffisance cardiaque liée aux traitements de fertilité touche environ 1 000 à 4 000 des naissances réussies. Selon un article publié dans la revue Obstetrics & Gyneco, en Californie, 23 % des morts chez la mère durant ou après l’accouchement sont attribuées à la cardiomyopathie, pendant la période de 2002 à 2005.

D’après le Docteur Ileana Piña, cardiologue au sein de la Faculté de Médecine Albert Einstein, avoir plus d’une grossesse et être d’origine afro-américaine sont des facteurs de risque.

Des étudiants allemands de la Faculté de Médecine de Hanovre en Allemagne ont effectué une expérience sur le sujet. Ils ont comparé le cas de 108 patientes malades de cardiomyopathie péripartum à celui de 24 autres patientes enceintes et en bonne santé. D’après le sondage qu’ils ont effectué, 32 % des sujets souffrant d’insuffisance cardiaque ont tous eu des soucis pour tomber enceintes. Les 13 % ont eu recours à une assistance pour que la conception puisse réussir, tandis que les 55 % ont dû opter pour la fécondation in vitro accompagnée de traitements hormonaux.

Les causes de la cardiomyopathie

Selon les études, l’âge de la femme au moment de la grossesse constituerait l’un des facteurs de risque de cardiomyopathie. Le co-auteur de l’étude, Denise Hilfiker-Kleiner a déclaré que les femmes plus âgées ont souvent des soucis de fertilité et sont les plus touchées par la maladie.

D’autre part, les traitements que les patientes suivent pour résoudre leur problème d’infertilité ont de fortes chances d’aboutir à des grossesses multiples ou gémellaires. La grossesse multiple constitue cependant un autre facteur de risque pour la cardiomyopathie péripartum.

En ce qui concerne les traitements hormonaux, Manuel List, un des étudiants qui ont mené l’étude, a déclaré qu’il n’a pas encore été prouvé que ceux-ci contribuent à augmenter les risques de contracter cette maladie. Des modifications génétiques qui peuvent prédisposer les femmes à l’infertilité et à la cardiomyopathie sont selon lui, les causes les plus probables.

Bien que la cardiomyopathie péripartum semble effrayante pour les femmes touchées par l’infertilité, cette maladie peut cependant se soigner sans problème quand elle est dépistée à temps. Il est ainsi essentiel d’être toujours attentive aux symptômes pour être sûre de bénéficier des traitements nécessaires.