Les tricheurs sur Call of Duty pourront être bannis de toute la série

Dans le nouveau système anti-piratage instauré dans les jeux Call of Duty, le degré de réponse prévu est tel que les joueurs pris la main dans le sac pourront être bannis à jamais de la série toute entière.

Personne n’aime les tricheurs, à l’exception peut-être d’eux-mêmes si leur conscience ne les a pas rattrapés. Dans la franchise vidépludique Call of Duty, ils ont en tout cas pris une place jugée trop importante pour les tolérer plus longtemps. Récemment, on en avait vu s’inviter dans la bêta multijoueur de Call of Duty Vanguard, et il n’était alors pas du tout sûr que le nouveau système anti-piratage prévu par Activision était déjà prêt.

Activision-Blizzard

Aujourd’hui, le dispositif semble au point, du moins dans ses intentions. Une mise à jour vient d’être publiée sur le site officiel d’Activision quant à la “Politique de Sécurité et de Mesure coercitive de Call of Duty: Vanguard”. Et le temps s’annonce orageux pour les futurs contrevenants.

Call of Duty : des fautes graves en ligne peuvent entraîner des suspensions permanentes

C’est principalement sur les sanctions prises que se trouvent les nouveautés. En cas de faute jugée mineure, c’est-à-dire “lorsqu’elle n’a pas généré de dommage quantifiable à un autre joueur ou à la communauté dans son ensemble”,  le joueur mis en cause pourra faire l’objet d’une suspension temporaire. Celle-ci peut durer “entre 48 heures et deux semaines, ou plus, en fonction de la gravité de l’infraction.”

Dans les situations de faute grave, soit quand il a été estimé que la faute “a nui à d’autres joueurs ou a permis à d’autres joueurs de commettre des fautes supplémentaires”, l’auteur pourra se voir infliger une suspension permanente. Ces dernières mesures, nous dit-on, “sont définitives et irrévocables, et peuvent s’appliquer sur ce titre et les titres précédents, présents ou futurs dans la franchise Call of Duty.”

Autrement dit, si un joueur est surpris à commettre une faute majeure sur Call of Duty: Vanguard par exemple, il sera susceptible non seulement d’être interdit de jeu en réseau sur ce titre, mais aussi sur celui des précédents et ultérieurs jeux de la franchise. Parmi les cas de faute grave, on trouve des “violations extrêmes ou répétées” de la politique mis en œuvre, de l’“usurpation” d’identité ou encore un “contournement de la sécurité”.

Source : site officiel d’Activision