Les vagues de chaleur affectent le Pacifique et les Caraïbes

Une nouvelle étude récemment publiée révèle que le changement climatique n’affecte pas uniquement les conditions météorologiques.

On constate également des impacts négatifs dans les océans. Les analyses de ces chercheurs se sont essentiellement concentrées sur les effets d’une vague de chaleur marine ou océanique, qu’elle soit ou non liée à l’évènement El Nino. La première chose à retenir est que la biodiversité faunistique marine est aujourd’hui menacée.

Pour cette nouvelle enquête, les scientifiques ont décidé de porter une attention particulière au comportement de trois espèces aquatiques : les algues, les coraux et le varech. Ils se sont aussi penchés sur les répercussions que pouvaient avoir les vagues de chaleur sur la faune marine. Ainsi, ils ont constaté une augmentation de 50 % de la fréquence des vagues de chaleur marines.

Les chercheurs sont parvenus à la conclusion que plus les évènements sont extrêmes et de courte durée, plus leurs effets sont néfastes.

Une vague de chaleur océanique, c’est quoi ?

D’une manière générale, une vague de chaleur se traduit par un dépassement du seuil des variations saisonnières durant cinq jours minimum. Cet évènement a deux origines : les vagues de chaleur intenses localisées dans l’atmosphère et les évènements El Nino. Le premier cas de vague de chaleur océanique est confirmé en 2003. Pour ce qui est de l’étude, elle s’est portée sur huit évènements.

Dans leurs rapports, les scientifiques ont souligné que : « En moyenne mondiale, il y avait plus de 50 % de jours de plus (vague de chaleur marine) par an dans la dernière partie du record instrumental (1987 – 2016) par rapport à la partie précédente ». D’ailleurs, ils ont joint un graphique pour étayer leurs analyses.

Les coraux, les varechs et les algues sont les premières victimes

Les varechs, les algues et les coraux semblent plus sensibles que d’autres espèces. La raison en est que, contrairement aux poissons, ils ne peuvent pas se déplacer. Les dernières études révèlent que les coraux commencent à blanchir. On prévoit aussi une nette diminution de la biodiversité de varech.

Pour conclure leurs rapports, les chercheurs ont écrit : « Les recherches écologiques ont principalement porté sur les tendances des variables climatiques moyennes. Mais des évènements extrêmes discrets sont en train de devenir essentiels pour la formation des écosystèmes, en entraînant des changements soudains et dramatiques de la structure et du fonctionnement écologiques ».