Les voitures autonomes ont encore du mal à convaincre aux Etats-Unis

Si l’avancée de la technologie des voitures à conduite autonome se fait de façon progressive, la réaction du public à son sujet n’en fait pas de même. Pour de nombreuses personnes, ces véhicules constitueraient un moyen de transport dangereux, ce qui complique la situation des différentes entreprises qui y ont investi des fonds.

Des sondages effectués par Reuters/Ipsos auprès de 2 222 personnes aux États-Unis ont révélé que les Américains ne font pas encore confiance aux véhicules autonomes.

sondage

Crédits Pixabay

Avis des Américains sur les véhicules automatisés

D’après les enquêtes menées en ligne aux États-Unis, les voitures autonomes ne seront pas encore pour demain. La majorité des sondés pensent que les voitures conduites par des personnes sont beaucoup plus sûres que les véhicules autonomes. D’ailleurs, les 63 % ne voudraient pas payer davantage pour que leur voiture soit dotée d’une fonction de conduite autonome.

La sécurité est la principale préoccupation des conducteurs. Les deux tiers des personnes qui ont participé au sondage ont déclaré que les normes de sécurité concernant les véhicules autonomes devraient être plus strictes que celles des voitures classiques. Selon Clara Ross, une enseignante à Norfolk, en Virginie, ces voitures devraient répondre et garantir un certain niveau de sécurité avant d’être mises sur la route.

Pourquoi les Américains ne sont-ils pas favorables aux voitures à conduite autonome ?

Pour Chris Thomas, cofondateur des entreprises Fontinalis Partners et Detroit Mobility Lab, les gens ne font pas confiance aux voitures autonomes, car ils ne savent pas vraiment ce que c’est. Jusqu’à présent, peu de personnes ont encore vu ou ont eu de l’expérience avec une voiture autonome aux États-Unis, ce qui pourrait expliquer cette méfiance.

Les mauvaises expériences connues par cette technologie pourraient aussi constituer le motif du refus. En 2018, une voiture à conduite autonome Uber a tué un piéton en Arizona.

Quoi qu’il en soit, les fabricants de voitures à conduite autonome ont encore beaucoup à faire afin de convaincre le public. Si c’est le cas des Etats-Unis, qu’en est-il des autres grands pays industrialisés ?