Les voyages spatiaux risquent de changer notre cerveau

L’Homme est fasciné par la conquête de l’espace et cela ne date pas d’hier. Depuis plusieurs années, les scientifiques essayent de déterminer les conséquences d’un tel voyage sur la physiologie et la santé humaine. Une nouvelle étude publiée dans la revue Radiological Society of North America révèle que les voyages spatiaux pourraient modifier notre cerveau.

Cette étude a été réalisée par des chercheurs du Centre des sciences de la santé de l’Université du Texas à Houston, aux États-Unis. À en croire les résultats de cette étude, les voyages spatiaux entraîneraient un gonflement du cerveau et provoqueraient une augmentation de la « pression intracrânienne. »

Cerveau astronaute

Les chercheurs de l’Université du Texas ont indiqué que la microgravité est à l’origine de tous ces changements.

Le cerveau et le liquide cérébrospinal augmentent de volume

Dans le cadre de cette étude, l’équipe de scientifiques, dirigée par le radiologue Larry Kramer, a effectué des IRM sur 11 astronautes, dont 10 hommes et une femme. Une première IRM a été réalisée avant qu’ils n’embarquent à bord d’une mission spatiale. À leur retour, ils ont subi une deuxième IRM.

Les images ont montré qu’une longue exposition à la microgravité entraîne une augmentation du volume du cerveau et du liquide cérébrospinal, dans lequel baignent le cerveau et la moelle épinière.

Une découverte qui explique les problèmes de vision des astronautes

Le Dr Larry Kramer a expliqué au micro du site Space.com que cette découverte confirme la théorie selon laquelle la microgravité entraînerait une hausse de la pression intracrânienne. L’augmentation de cette pression serait à l’origine des problèmes de vision des astronautes. Ils sont nombreux à avoir subi des examens médicaux après leur voyage dans l’espace. Ces examens ont révélé que certains d’entre eux souffraient d’un gonflement des nerfs optiques et d’hémorragies rétiniennes.

L’équipe dirigée par le Dr Larry Kramer a également découvert que la microgravité a affecté l’hypophyse des astronautes. Les chercheurs ont expliqué que l’hypophyse avait subi des modifications au niveau de sa forme et son poids. D’après eux, les changements qui se sont opérés au niveau du cerveau des astronautes étaient toujours visibles un an après leur retour sur Terre.

Le Dr Larry Kramer a indiqué que des études plus approfondies allaient être menées pour évaluer à quel point la microgravité peut affecter le cerveau humain.

Mots-clés biologieespace