L’ESA a obtenu le feu vert pour sa mission de déviation d’astéroïde

C’est maintenant confirmé, la mission de déviation d’astéroïde de l’ESA ou European Space Agency a reçu l’autorisation des ministres européens en charge de l’espace. Ainsi, Hera, qui sera le premier engin spatial de l’humanité à visiter un double-astéroïde, peut maintenant être construit et lancé.

Cette mission sera effectuée dans le cadre d’une mission internationale dénommée AIDA ou Asteroid Impact and Deflection Assessment, qui inclura Hera de l’ESA et DART de la NASA.

Crédits Pixabay

L’engin spatial Hera, qui a été baptisé comme la déesse grecque du mariage, se dirigera de façon autonome dans l’espace et naviguera à 200 m du plus petit de deux planétoïdes. Celui-ci est dénommé Didymos B, ou encore « Didymoon », et possède une largeur de 106 m.

Presque tous les jours, de petits astéroïdes frappent la Terre, mais la plupart brûlent dans l’atmosphère et ne laissent aucune trace. Toutefois, des objets ayant une largeur supérieure à 965 m peuvent avoir des effets dévastateurs sur la planète. Dans le but d’éviter un désastre potentiel, la NASA a commencé à développer un astronef pour pouvoir frapper un astéroïde et le dévier.

Dévier un corps céleste

Selon les informations, la mission DART de la NASA, ou Double Asteroid Redirection Test, sera la première mission spatiale à démontrer la faisabilité de la déviation d’un astéroïde en utilisant un percuteur cinétique. Le but est en fait de modifier l’orbite de la cible.

Ainsi, au mois d’octobre 2022, l’astronef de la taille d’un réfrigérateur va s’approcher du système d’astéroïdes et utiliser un système de visée embarqué pour cibler Didymoon. L’engin va alors heurter le planétoïde à une vitesse neuf fois supérieure à celle d’une balle, ce qui va le déséquilibrer légèrement.

Une technique de défense planétaire

Sur Terre, différents observatoires pourront voir l’impact et détecter le changement d’orbite de Didymos B autour de Didymos A. Selon la NASA, cela permettra aux scientifiques de mieux déterminer les capacités de l’impact cinétique en tant que stratégie d’atténuation des risques causés par les astéroïdes.

En ce qui concerne Hera, l’astronef décollera en automne 2023 et est prévu atteindre le système d’astéroïdes 3 ans plus tard. Hera va utiliser trois modes de navigation au fur et à mesure qu’il s’approchera des astéroïdes. D’après ce que l’on sait, deux CubeSats qui seront transportés par l’engin spatial pourront voler plus près de la surface avant de se poser. D’après l’ESA, des observations rapprochées vont permettre de transformer la déviation d’astéroïde en une technique de défense planétaire bien comprise.

Avec tous les astéroïdes et autres corps célestes qui passent près de la Terre, développer un système de protection parait assez logique. Surtout quand on sait que c’est un astéroïde qui a rayé les dinosaures de la surface de la planète.

Mots-clés astéroïdesesa