L’escroquerie à un milliard de dollars pour connecter l’Alaska

Une certaine Elizabeth Ann Pierce, à la tête de l’entreprise américaine en Alaska, avait presque réalisé le coup du siècle. Son projet était de grande envergure tout comme l’escroquerie qu’elle a mise en place. Elle avait promis d’amener la fibre optique dans les régions reculées de l’Alaska. C’était un rêve qui se réalisait pour les habitants et une aubaine pour les investisseurs.

De nombreuses régions en Alaska manquent cruellement de débit. Seule une petite portion des habitants possède la fibre optique, la majorité est dépendante des satellites pour une connexion lente aux tarifs excessifs. Elizabeth Pierce présentait ainsi son projet ambitieux comme une alternative à leurs problèmes.

Facepalm

Crédits Pixabay

Bloomberg a consacré un long article sur l’histoire invraisemblable d’Elizabeth Pierce qui a réussi à berner les habitants et les investisseurs pendant des années. Ces derniers ont cependant découvert le pot aux roses à partir de 2017.

Une arnaque de grande envergure

Bien que le projet de la société Quintillion soit louable, il cachait une vérité moins reluisante. Elizabeth Pierce a mis son plan ambitieux en exécution à partir de 2013. Plusieurs études (impacts environnementaux, itinéraires des câbles, autorisations gouvernementales…) ont été entreprises afin d’amener le haut débit en Alaska.

L’acheminement des câbles internet sous l’Arctique nécessitait une somme astronomique qui requérait la contribution des investisseurs.

Pour convaincre les investisseurs que sa société était solvable, Elizabeth Pierce avait falsifié des contrats. Plusieurs entreprises importantes sont ainsi tombées dans le panneau à l’instar de la banque française Natixis. De plus, au fil des années, la PDG de Quintillion gagnait en notoriété avec son projet ambitieux.

Au total, Elizabeth Pierce avait contrefait 8 contrats estimés à un milliard de dollars. Elle prenait soin de mettre à l’écart les autres responsables de Quintillion durant ses négociations. Pendant que le chantier se mettait en marche, elle rénovait sa maison.

Des points positifs pour les habitants d’Alaska

La directrice a pu réunir au total une somme de 270 millions de dollars afin de poser des câbles sous-marins transarctiques. La pression des investisseurs qui réclamait des comptes rendus sur l’avancée du projet se faisait grandement sentir. Elizabeth Pierce a ainsi décidé en mars 2017 de démissionner.

Elizabeth Pierce a écopé d’une peine de 5 ans d’emprisonnement après son arrestation en avril 2018 et son procès en septembre. Quoi qu’il en soit le projet ambitieux a emmené des concurrents à vouloir désormais investir dans l’acheminement de la fibre optique en Alaska.

Certains habitants de l’Alaska ont désormais la connexion haut débit car la société Quintillion a partiellement posé des câbles internet.

Mots-clés alaskafibre optique