Des lésions cérébrales révélées par des autopsies réalisées chez des patients morts du COVID-19

Dans la liste des effets du COVID-19 sur notre organisme, l’on sait que le SARS-CoV-2 peut provoquer non seulement des troubles respiratoires, mais également des troubles gastro-intestinaux, de lésions cardiaques et des troubles de la coagulation sanguine.

De récentes autopsies approfondies de patients infectés par ce virus viennent également de révéler que le virus peut provoquer des lésions cérébrales chez les patients. Ce qui expliquerait en fait les multiples symptômes neurologiques apparus chez certains patients, allant des maux de tête et de la perte de mémoire à des crises d’hallucinations voire des accidents vasculaires cérébraux.

Le cerveau

Photo de Pete Linforth. Crédits Pixabay

À la grande surprise des experts qui s’attendaient à découvrir des dommages causés par un manque d’oxygène, des zones de lésions qui sont généralement associées aux accidents vasculaires cérébraux et aux maladies neuro-inflammatoires ont également été identifiées.

D’après certains experts, ces lésions cérébrales pourraient se manifester chez 50 % des personnes hospitalisées pour COVID-19, les rendant incapables d’accomplir normalement les tâches quotidiennes courantes.

Les lésions cérébrales identifiées chez des patients morts du COVID-19

Chez 10 sur 19 patients décédés âgés de 5 à 73 ans autopsiés, ayant présenté des facteurs de risque sévères notamment le diabète et les maladies cardiovasculaires, des lésions cérébrales ont donc été identifiées par IRM.

Chez certains patients, des taches d’accumulation de cellules immunitaires telles que les cellules T et la microglie ont été détectées. Mais il y avait également des zones sombres indiquant des saignements coagulés. Les experts ont déduit que ces patients avaient de multiples petites hémorragies cérébrales dues à une inflammation cérébrale.

Par ailleurs, des jeunes sans facteurs de risque conventionnels ont présenté des accidents vasculaires cérébraux tandis que d’autres ont présenté des changements aigus de l’état mental, de type illusions et psychose.

Les dommages cérébraux seraient liés à une réaction immunitaire au virus

Pour la précision, la charge virale de SRAS-CoV-2 détectée sur les tissus cérébraux des patients autopsiés était faible. Les chercheurs ont déduit que les lésions cérébrales n’ont pas été provoquées par une invasion cérébrale directe du virus, mais par une réponse inflammatoire de l’organisme qui d’après d’autres études, peut causer plus de dommages que le virus lui-même.

Cependant, en raison de la faible taille de l’échantillon et des informations cliniques limitées, cela reste de l’ordre de l’hypothèse. Toutefois, ces résultats concordent avec les tests EEG réalisés chez les patients COVID-19, révélant des perturbations de l’activité électrique typique du cerveau pouvant signifier un gonflement et une inflammation cérébrale et donc une encéphalopathie.

Les résultats de cette étude ont été publiés dans le New England Journal of Medicine.