L’ESO se lance à la recherche d’une vie extraterrestre

L’ESO vient d’annoncer le lancement d’une nouvelle campagne sobrement baptisée Red Dot. Elle a pour mission de déterminer si une vie extraterrestre ne se cache pas dans l’une des planètes habitables situées à proximité de notre système.

Les astronomes ont fait une découverte de première importance l’année dernière. En sondant les confins de l’espace, ils ont en effet découvert une nouvelle exoplanète située autour de Proxima du Centaure et donc autour de l’étoile la plus proche de notre système.

ESO Red Dots

Mieux, en scrutant la région à l’aide de leurs instruments, ils ont réalisé que cette fameuse planète se situait dans la zone d’habitabilité de son étoile.

L’ESO lance un nouveau programme

Proxima b, c’est son nom, viendrait en plus se ranger dans la catégorie des planètes rocheuses et elle serait donc en théorie capable d’accueillir de l’eau à l’état liquide et elle réunirait en plus toutes les conditions propices à la vie. Mieux, d’après une étude poussée menée par le CNRS et l’Université Aix-Marseille, cette fameuse planète pourrait être recouverte d’un immense océan et même être dotée d’une atmosphère.

Fort de ce succès, l’ESO a donc la ferme intention de poursuivre sur sa lancée et elle vient d’annoncer le lancement d’une nouvelle campagne : Red Dots.

Le principe est assez simple et cette campagne vise ainsi à procéder à de nouvelles observations de la région. L’observatoire compte bien évidemment se focaliser sur Proxima du Centaure, mais il ne compte pas non plus se limiter à ce seul système. En réalité, deux autres étoiles proches seront également examinées à la loupe par ses astronomes : l’étoile de Barnard et Ross 154, deux naines rouges respectivement situées à six et à dix années-lumière de notre propre système stellaire.

Pour mener ses recherches, l’ESO s’appuiera sur HARPS et donc sur le High Accuracy Radial Velocity Planet Searcher, un spectrographe installé à La Silla au Chili depuis plusieurs années. Un choix logique puisque cet instrument est capable d’effectuer des mesures avec une précision extrême et il est même l’un des spectographes les plus performants du marché.

Red Dots, un programme qui se focalise sur les systèmes proches

Guillem Anglada-Escude, un des astronomes de l’équipe, a en outre annoncé que le fruit de ces recherches sera rendu public. Le chercheur promet même des mises à jour régulières. Ces dernières seront naturellement partagées sur les profils sociaux du programme (Twitter / Facebook), mais également sur son site officiel.

Plus intéressant, l’ESO compte s’appuyer sur les contributions des astronomes amateurs afin de traiter plus rapidement les données collectées par HARPS. Pour se faire, l’observatoire lancera un forum en ligne et divers atouts collaboratifs développés spécialement dans cette optique.

Bien sûr, toutes les analyses effectuées par les contributeurs devront être validées par les pilotes du projet avant leur publication. Les résultats seront ensuite présentés à la communauté scientifique pour être examinés.