L’étonnante histoire de Sandy Island, l’île qui n’existe pas

Pendant plusieurs années, de nombreuses personnes ont cru en l’existence de Sandy Island. Sur les cartes maritimes, cette île apparaissait dans l’Océan Pacifique, entre l’Australie et la Nouvelle-Calédonie. La première mention de Sandy Island remonte à 1876. A cette époque, l’équipage d’un baleinier baptisé Velocity a annoncé la découverte d’un îlot sableux dans le Pacifique Sud.

Sandy Island a alors commencé à être répertoriée dans de nombreux atlas mondiaux datés de la fin du 19e siècle. Plus tard, elle est même apparue sur la base de données mondiale des lignes côtières de Google Earth. Cet îlot sableux devait se trouver au nord-ouest de la Nouvelle-Calédonie, par 19,22° de latitude sud et 159,93° de longitude est.

crédits Pixabay

Malgré ces données, toutes les personnes qui sont parties à la recherche de cette fameuse île n’ont pas pu la trouver, pour la simple et bonne raison qu’elle n’existe pas !

Des navigateurs partis à la recherche d’une île introuvable

Dans les bases de données américaines officielles, Sandy Island est présentée comme une île en forme d’ellipse d’environ 26 km de long et de 5 km de large. Cet îlot de sable doit son nom au Times Atlas of the World, un atlas de référence, qui a longtemps cru en son existence.

Sandy Island est apparue pour la première fois sur une carte nautique britannique en 1908. Ce document est actuellement conservé dans les archives du musée d’Auckland. Elle a ensuite été répertoriée sur d’autres cartes.

En se basant sur les informations fournies par les atlas, de nombreux navigateurs sont partis à la recherche de cette île que personne, en dehors de l’équipage du baleinier Velocity, n’a jamais vue. En dépit de leurs efforts, Sandy Island est restée introuvable.

Sandy Island : l’île fantôme

Plusieurs personnes ont commencé à mettre en doute l’existence de cette île. Pour élucider le mystère de Sandy Island, l’avion Neptune P2H a été envoyé par l’aéronavale pour survoler l’endroit où devait se trouver l’île, en 1979.

A l’instar des navigateurs qui ont tenté de retrouver Sandy Island, le Neptune P2H est rentré bredouille, bien qu’il ait suivi à la lettre les indications des cartes qui ont répertorié l’îlot sableux. L’aéronavale est arrivée à la conclusion que cette île n’existe tout simplement pas.

Une île qui a disparu progressivement des cartes

Après l’annonce de l’aéronavale, Sandy Island a disparu de certains services cartographiques. Par exemple, en 1979, le Service Hydrographique et Océanique de la Marine (SHOM) l’a retirée de ses cartes.

Néanmoins, l’île a continué à apparaître sur certains services comme Google Earth. Pour en avoir le cœur net, des scientifiques de l’Université de Sydney ont décidé de se rendre à l’endroit où était censé se trouver Sandy Island.

Sandy Island n’a jamais existé

En novembre 2012, une équipe de géologues de l’Université de Sydney a fait un détour vers Sandy Island alors qu’elle était en pleine expédition géologique dans le Pacifique Sud. Ces scientifiques voulaient mettre un terme à toutes les spéculations concernant cette île.

Grâce à eux, le mystère de Sandy Island a enfin pu être résolu : l’îlot sableux découvert par l’équipage du baleinier Velocity n’a jamais existé. La géologue Sabin Zahirovic, qui a participé à cette expédition, est formelle :

« Nous voulions retrouver cette île pour valider son existence et, si nécessaire, corriger la carte pour des raisons scientifiques. De nombreuses cartes météorologiques, entre autres, font état de cette île. Avec ces 26 km, elle est bien plus vaste que beaucoup d’îlots environnants qui, eux, existent bel et bien. »

Un amas de pierres ponces

On se demande alors ce que les membres de l’équipage du baleinier Velocity ont bien pu voir en 1876. D’après la géologue Maria Seton, qui a dirigé cette expédition maritime, ces derniers se seraient trompés et auraient confondu un amas de pierres ponces avec une île !

Pour ce qui est de la forme noire qui apparaît sur Google Earth, le géologue Steven Micklethwaite a expliqué que le service de Google a peut-être recopié des données déjà existantes et que la CIA pourrait être à l’origine de cette erreur.

« Nous avons appris que la CIA est la principale source de cette base de données mondiale sur les régions côtières. Il pourrait très bien s’agir d’une erreur de cartographie commise à la source par la CIA. »

Depuis la découverte faite par ces scientifiques, Google Earth a retiré Sandy Island de sa carte.

Mots-clés insolite