L’étonnante histoire de Stephan Bibrowski, l’homme à la tête de lion

Si le personnage mi-homme mi-lion de la « Belle et la Bête » existait dans la vraie vie, ce serait sans doute Stephan Bibrowski, ou Lionel, l’homme à la tête de lion.

Cet artiste de cirque polonais avait de longs cheveux et le corps entier recouvert de longs poils, ce qui lui donnait une apparence de lion. Sans doute atteint d’hypertrichose, cet homme à l’apparence hors du commun a passé l’essentiel de sa vie dans les cirques où il était une attraction qu’on se ruait pour venir voir.

Stephan Bibrowski – domaine public (Wikipédia)

Stephan Bibrowski, un homme à l’apparence de lion

On ne sait pas grand-chose de la vie de Bibrowski, à part qu’il a passé une grande partie de sa vie à animer les « freak shows » des cirques Barnum & Bailey. Les freak shows étaient des spectacles qui consistaient à exposer des êtres humains ayant des aspects physiques hors du commun, comme Bibrowski. Tout ce qu’on sait de sa vie vient essentiellement des amateurs de cirque de son époque, et du livre Carny Folk, écrit par Francine Hornberger, une chercheuse spécialiste des freak shows.

Selon Carny Folk, Bibrowski est né en 1890 à Varsovie, en Pologne, avec une maladie rare que l’on pense maintenant être une hypertrichose, ou « maladie du loup-garou ». Les personnes qui souffrent de cette maladie ont une abondance anormale de poils sur le corps, même sur les parties normalement sans poil. Leurs cheveux peuvent atteindre des longueurs très inhabituelles dans les cas extrêmes de la maladie, comme chez Bibrowski.

Dans son livre, Francine Hornberger rapporte que déjà enfant, Bibrowski était couvert d’une couche de 2,5 cm de cheveux blonds fins. Pour expliquer cette particularité de son fils, on raconte que sa mère disait que cela venait du fait que le père de Bibrowski avait été mutilé par un lion alors qu’elle était enceinte. Le jeune « Lionel » aurait par la suite été abandonné par sa mère à l’âge de quatre ans, qui l’a confié à un financier et entrepreneur local du nom de Sedlmayer. Ce dernier aurait tout de suite vu le potentiel “financier” du jeune garçon.

Il le surnomma « Lionel, le garçon à face de lion » et commença à l’exposer de ville en ville à travers l’Europe pour gagner de l’argent.

Les cirques Barnum & Bailey repèrent le jeune Bibrowski

En 1901, la tournée de Stedlmayer et Bibrowski les conduisit aux États-Unis où l’homme commença à organiser de petits spectacles le long des quais et des promenades nouvellement ouverts sur la côte est.

Il ne fallut pas longtemps pour que le jeune homme à l’apparence peu ordinaire soit remarqué par des membres du Barnum & Bailey Circus, un géant américain du monde des cirques à l’époque. Barnum & Bailey récupéra rapidement le jeune Bibrowski et commença à le faire jouer dans ses spectacles itinérants.

Au cours des 19 années suivantes, Stephen Bibrowski a parcouru le monde avec le cirque Barnum & Bailey, assurant le spectacle avec les autres « monstres » du show. Il finit par s’installer un certain temps aux États-Unis à partir de 1920, où il commença à se produire dans un petit spectacle sur Coney Island à New York. Pendant cette période, les spectateurs avaient la chance de pouvoir s’approcher de plus près de l’homme au visage de lion, d’échanger avec lui hors spectacle, et de se rendre compte qu’il était loin d’être l’humain sauvage qu’ils imaginaient.

Car en effet si Bibrowski avait l’apparence d’un lion, il était en réalité un gentleman instruit qui pouvait parler cinq langues et qui aspirait à devenir dentiste. Et lorsqu’il avait l’occasion de discuter avec d’autres personnes, ses longs poils dorés d’environ 20 cm de long semblaient complètement disparaître et il devenait un homme comme les autres.

Des zones d’ombre dans l’histoire de l’homme au visage de lion

Si les performances d’artistes de Bibrowski sont soutenues par des comptes rendus fiables, il existe néanmoins de nombreuses rumeurs à son sujet qu’il est difficile de vérifier. Certains racontent par exemple que Bibrowski n’a jamais été abandonné par sa mère et qu’il a juste suivi son propre rêve de faire du spectacle.

D’autres affirment que l’apparence de Bibrowski ne le gênait aucunement, au contraire il en était même fier, estimant que cela le rendait plus intéressant. On raconte à cet effet que lors d’un séjour dans un hôtel à New York, l’homme au visage de lion fut le premier à évacuer lorsqu’un incendie se déclara. Il aurait déclaré à cette occasion que si ses longues mèches étaient emportées par le feu, il ne deviendrait alors “qu’un homme ordinaire”.

Tout porte à croire que la vie de Bibrowski était bien plus intéressante que ce qu’on en sait. De nombreux détails ont sans doute été perdus dans l’histoire, mais cela ne devrait pas empêcher l’histoire de Lionel, l’homme au visage de lion, de rester encore longtemps dans les mémoires.