L’étrange affaire du col Dyatlov

L’Affaire du col Dyatlov est une tragédie qui s’est déroulée sur le versant est du mont Kholat Syakhl (« Montagne morte ») dans le nord de l’Oural (ex Union soviétique, aujourd’hui la Russie). Elle s’est soldée par la mort de neuf skieurs et randonneurs, dans la nuit du 1er au 2 février 1959. Depuis cet évènement, le col de montagne où s’est déroulée l’affaire a été renommé col Dyatlov d’après le nom du chef de l’expédition, Igor Dyatlov.

Tous les membres de l’expédition ayant perdu la vie, il a été impossible pour les enquêteurs de déterminer ce qui s’était réellement passé.

montagne

Ce qui a donné lieu à de nombreuses spéculations.

Une randonnée dans l’oblast de Sverdlovsk

L’Affaire du col Dyatlov débute par une randonnée de ski de fond organisée par un groupe de huit hommes et deux femmes dont la plupart étaient diplômés ou étudiants de l’Institut polytechnique de l’Oural (aujourd’hui l’Université fédérale de l’Oural). L’expédition, menée par Igor Dyatlov, visait à faire du ski de fond à travers le nord de l’Oural, dans l’oblast de Sverdlovsk, jusqu’à Otorten, une montagne qui se trouve à 10 kilomètres au nord de l’endroit où s’est produit le drame.

Le parcours choisi par le groupe avait un niveau de difficulté de « catégorie III » (le plus difficile) à cette période de l’année. Mais tous les membres du groupe étaient des skieurs de fond aguerris, donc il n’y avait pas de problème à priori. Au début de l’aventure, l’un des membres du groupe, Louri Loudine, a dû abandonner pour cause de maladie. C’est donc finalement à neuf que le groupe a poursuivi son périple.

Un dénouement tragique

Aussitôt que l’expédition serait terminée et que le groupe serait revenu à Vijaï, au plus tard le 12 février, Dyatlov devait envoyer un télégramme à leur club sportif. Mais quelques jours après cette date butoir, le groupe n’avait toujours donné aucun signal. Le 20 février, le président de l’institut polytechnique forma alors un groupe de secours composé d’étudiants et de professeurs pour essayer de retrouver la trace des randonneurs. Le groupe de secours a par la suite été rejoint par l’armée et la police, et des avions et hélicoptères ont été déployés pour survoler la région.

Le 26 février, le camp abandonné des randonneurs est retrouvé sur le mont Kholat Syakhl, puis deux corps sont découverts non loin de là. Il s’agissait des corps de Dorochenko et Krivonichtchenko. Ils étaient déchaussés et ne portaient que leurs sous-vêtements. Les corps de Dyatlov, Kolmogorova et Slobodine sont ensuite retrouvés un peu plus loin. Les quatre corps restant (ceux de Doubinina, Kolevatov, Thibeaux-Brignolles et Zolotarev) ne seront retrouvés que deux mois plus tard le 4 mai sous quatre mètres de neige.

Des enquêtes compliquées

Tout juste après la découverte des cinq premiers corps, une première enquête a débuté. Elle a conclu que les randonneurs étaient tous morts d’hypothermie. Mais cette conclusion sera remise en cause lorsque l’analyse médico-légale des quatre corps trouvés en mai montrera que trois des victimes avaient des blessures mortelles. Doubinina et Zolotarev avaient en effet des côtes fracturées, tandis que Thibeaux-Brignolles présentait de graves blessures au crâne. Toutefois, aucune de ces blessures ne semblait avoir été faite de l’extérieur, comme si les victimes avaient été soumises à une très forte pression.

Finalement, l’enquête conclura que les victimes de l’Affaire du col Dyatlov sont toutes mortes “d’une force irrésistible inconnue”. L’enquête a été officiellement close en mai 1959.

Controverses autour de l’enquête

Tout le monde n’est pas d’accord avec cette conclusion de l’Affaire du col Dyatlov. Les parents des morts ont notamment affirmé après les funérailles que la peau des victimes était d’une étrange couleur brune. L’un des anciens enquêteurs a également confié lors d’une entrevue privée que le mont Kholat Syakhl présentait des niveaux de radiation élevés à son sommet, ce qui expliquerait la radiation trouvée sur les corps. Cela n’a cependant pas été prouvé.

D’autres personnes ont évoqué des activités militaires dans la zone au moment du drame. Et certains ont affirmé avoir vu d’étranges sphères orange dans le ciel au-dessus du mont Kholat Syakhl la nuit du drame. Une information confirmée par plusieurs témoins indépendants, dont les forces armées et le service météorologique. Quoi qu’il en soit, l’Affaire du col Dyatlov continuera sans doute encore longtemps à susciter des interrogations.

Mots-clés insolite