L’étrange histoire du Poisson-Évêque, la créature mi-homme mi-poisson

Le poisson-évêque, aussi appelé évêque de mer ou évêque marin est un monstre marin, mi-homme, mi-poisson, dont les premières mentions remontent au 16ème siècle. Selon les légendes de l’époque, cette créature aux caractéristiques rappelant celles des évêques remplissait des fonctions ecclésiastiques analogues, mais auprès des populations de sirènes et de tritons qu’on pensait alors habiter l’océan. L’évêque de mer a été décrit et illustré dans le quatrième volume du célèbre Historia animalium de Conrad Gessner, publié en 1551-58 et 1587.

Le poisson-évêque, qui selon les rapports réside dans les eaux européennes, a été décrit comme étant une grande créature avec un corps écailleux en forme de poisson, des nageoires semblables à des serres et un grand aileron qui pourrait s’enrouler autour de l’animal, comme la cape d’un ecclésiastique.

Poisson Evèque

Son crâne, d’apparence presque humanoïde, porte un front allongé, plat et rugueux, qui ressemble à une mitre d’évêque; d’où le nom de la créature.

L’histoire fascinante du poisson-évêque offert au roi de Pologne

L’existence de cet animal a été documentée pour la première fois en 1433, lorsqu’un spécimen aurait été trouvé en train de nager dans la mer Baltique. La créature a été capturée et donnée comme présent au roi de Pologne. Le roi tellement épris de son nouveau cadeau aurait refusé de le laisser retourner à son environnement aquatique.

Mais suite à un concours de circonstances inconnues, un groupe d’évêques catholiques a pu obtenir une audience avec la créature incarcérée. Malheureusement, les documents officiels de cette rencontre ont été perdus, détruits ou peut-être cachés dans les archives du Vatican, dit-on.

Selon la légende, cependant, le poisson a fait un signe aux évêques, communiquant apparemment son désir d’être libéré. Les évêques auraient alors tenté de convaincre le roi que l’animal devrait être retourné à son habitat naturel. Finalement, le souverain accéda à leur requête et permit aux évêques de renvoyer l’homme-poisson à la mer. Une fois libérée, la créature reconnaissante aurait fait le signe de croix avant de plonger dans les profondeurs de l’océan.

D’autres rapports plus tragiques de capture d’un poisson-évêque

Une autre histoire du poisson-évêque, plus tragique, nous vient d’Allemagne en 1531. Apparemment, un évêque marin aurait été capturé au large des côtes allemandes. Mais durant sa captivité, la créature aurait refusé de se nourrir et est morte après seulement trois jours. Une autre histoire encore décrit un “poisson étrange” pris dans l’Atlantique britannique. Décrit comme “une créature paisible qui semblait avoir la mitre d’un évêque”, cet animal a également péri peu après, et son cadavre a été retourné à la mer.

D’après les rapports, il est difficile de savoir si le poisson-évêque avait la capacité de parler, ou s’il avait simplement un cerveau assez développé pour pouvoir communiquer à travers une forme rudimentaire de langage des signes. Toutefois, il est évident que ceux qui ont relaté les quelques histoires qu’on connaît encore de cette créature, ont senti qu’elle avait une sensibilité presque humaine à son environnement.

Le poisson-évêque ne serait-il qu’une simple raie manta ?

Certains chercheurs pensent que le poisson-évêque pourrait être une sorte de raie manta déformée, dont les traits ressemblent légèrement à ceux d’un homme. Les investigateurs qui souscrivent à cette théorie la défendent un peu plus en prétendant que les « ailes » d’une raie pourraient créer l’illusion de la cape souvent attribuée à ces créatures.

Alors, l’évêque de mer est-il une variété étrange d’une espèce marine connue, ou une toute nouvelle espèce… cette question continuera sans doute à hanter les cryptozoologistes. Quoi qu’il en soit, plus récemment, dans les années 1990, un poisson fascinant a été capturé par des pêcheurs turcs. La pigmentation rougeaude de cet animal et ses traits vaguement humanoïdes présentaient une similitude frappante avec la créature décrite dans les anciens rapports du poisson-évêque.

Crédits Image