L’étrange point rouge de Pluton

L’étrange point rouge de Pluton intrigue les chercheurs depuis sa découverte en 2015. Une nouvelle étude vient remettre en question les hypothèses antérieures quant à son existence.

La sonde New Horizons de la NASA prenait en 2015 les premières photos en gros plan de Pluton et de ses lunes environnantes. Les images ont révélé une grande tache rouge couvrant près de la moitié de la zone équatoriale de la planète naine, la macule Cthulhu. Les chercheurs imputaient l’existence de ce point rouge aux molécules connues sous le nom de tholine. Celles-ci sont des composés organiques qui pleuvent à la surface plutonienne après que les rayonnements cosmiques ou UV interagissent avec le méthane de l’atmosphère de la planète.

Pluton dans le froid de l'espace
Crédits Unsplash

Les molécules de tholine ne seraient pas la seule cause de l’étrange point rouge de Pluton selon une nouvelle étude parue dans la revue scientifique américaine Icarus. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour identifier la combinaison exacte de facteurs derrière la formation de la macule de Cthulhu.

Une réplique ratée du point rouge de Pluton en laboratoire

L’atmosphère plutonienne comprend une fine couche brumeuse d’azote, de méthane et de monoxyde de carbone. La plaine Spoutnik – un glacier en forme de cœur – est un site caractéristique de la planète naine. La région se vaporise pendant la journée pour entrer dans un cycle de gel la nuit. Elle peut jouer un rôle essentiel dans les conditions météorologiques de Pluton. L’étrange point rouge se situe à gauche de cet immense glacier.

Afin de mieux comprendre ce qui donne à la macule de Cthulhu sa couleur rouge, une équipe de l’université de technologie de Delft aux Pays-Bas a créé de la tholine en laboratoire. Les chercheurs ont recréé l’atmosphère de Pluton dans une chambre, puis projeté du plasma pour imiter le rayonnement dans l’espace. Le nuage de faible densité de gaz atmosphériques a réagi avec le plasma en se condensant en particules ressemblant à de la poussière.

Les chercheurs ont éclairé la tholine artificielle. Ils ont ensuite comparé la façon dont la surface plutonienne réfléchit et absorbe la lumière sur la base des images de New Horizons. La réplique ne correspondait pas aux conditions observées sur la planète naine. Cependant, cet écart ne signifie pas que la macule de Cthulhu ne contient pas de tholine. Cela indique que d’autres facteurs sont à prendre en compte.

A lire aussi : Pluton aurait des similitudes avec 5 lunes d’Uranus

La porosité de la surface plutonienne remise en question

Les scientifiques néerlandais tiennent plusieurs pistes à explorer dans de futures recherches. Le rayonnement spatial peut assombrir la macule de Cthulhu et changer la façon dont il absorbe la lumière selon une première hypothèse. Une autre piste, la texture de la surface de Pluton est plus poreuse que prévu. Par ailleurs, la faible gravité de la planète naine peut créer une fine couche de tholine, provoquant ainsi sa porosité.

Mots-clés pluton