L’étrange séisme du 11 novembre enfin expliqué ?

Dans la matinée du onze novembre, vers neuf heures et demie (temps universel), une onde sismique a traversé une bonne partie de la planète. Une centaine de légers et fréquents tremblements de terre a touché la zone située à environ cinquante kilomètres de la côte Est de Mayotte. Les scientifiques tentent encore de trouver une explication à cet étrange événement qui a été détecté par des capteurs installés dans le monde entier.

Les ondes ont été perçues à seize mille kilomètres de leur épicentre, au large de Mayotte. Elles se sont propagées à travers l’Afrique, le Chili, la Nouvelle-Zélande, le Canada et même Hawaï. Les secousses étaient alarmantes, mais pas dangereuses. Alors qu’elles ont duré presque vingt minutes, personne ne les a ressenties.

Les scientifiques ont enregistré une vibration longue et constante, n’ayant pas les caractéristiques habituelles d’un séisme. « Le signal de basse fréquence se répète toutes les dix-sept secondes », a déclaré le Bureau de recherches géologiques de France.

Un nouveau centre d’activité volcanique ?

Passionné des phénomènes sismiques, un internaute naviguant sous le pseudonyme de @matarikipax a été le seul à remarquer les ondes.

Les étranges signaux figuraient sur l’affichage en temps réel du sismogramme de l’Institut d’études géologiques des États-Unis. En voyant les zigzags, il a pris une photo qu’il a ensuite publiée sur Twitter. Le message a alerté les scientifiques du monde entier. Ces derniers ont alors tenté d’identifier son origine.

Le sismologue Göran Ekström a confié n’« avoir rien vu de tel ». « Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas. C’est quelque chose de nouveau dans les signaux de nos stations », a déclaré Nicolas Taillefer, responsable de l’unité des risques sismiques et volcaniques du BRGM.

La meilleure hypothèse serait que les vibrations anormales sont liées à l’activité volcanique, en raison d’un énorme mouvement de magma sous l’Océan Indien. D’ailleurs, les relevés GPS indiquent que depuis le début du tremblement, l’île s’est déplacée d’environ soixante millimètres à l’Est et de trente millimètres au Sud.

« Ces observations confortent donc l’hypothèse d’une combinaison d’effets tectoniques et volcaniques expliquant un phénomène géologique impliquant une séquence sismique et un phénomène volcanique », a expliqué le BRGM.

Ainsi, beaucoup de chercheurs pensent qu’un nouveau centre d’activité volcanique serait en train de se développer au large de l’île.

Une situation géologique complexe

En outre, le BRGM a prévu d’effectuer des études sur le fond océanique afin d’obtenir des informations plus détaillées sur la région et pour vérifier s’il n’y a pas eu une éruption marine. En attendant, l’enquête sismique se poursuit avec les données disponibles.

Pour l’instant, il est difficile de déterminer la cause exacte du phénomène ou de dire quelle théorie est correcte. De plus, la géologie de cette zone est extrêmement complexe. Il se peut que les roches et les sédiments environnants filtrent les sons, ne laissant passer que les ondes.

Mots-clés géologie