Une lettre perdue d’Albert Einstein retrouvée

Albert Einstein était en avance sur son temps et une lettre perdue retrouvée récemment le prouve. Comme nous le révèle le site Science Alert, le célèbre scientifique avait entamé une correspondance avec un ingénieur du nom de Glyn Davys en 1949. Un extrait de leur échange a fait surface sous la forme d’une lettre qui a été écrite par Albert Einstein.

D’après nos confrères, la correspondance aurait été initiée par Glyn Davys. Toutefois, les lettres qu’il a envoyées à Albert Einstein ont disparu. Le contenu du message rédigé par le physicien suggère néanmoins que leur conversation tournait surtout autour de la science. La réponse d’Albert d’Einstein laisse penser que Glyn Davys l’avait interrogé sur la perception animale.

Crédits Pixabay

Le gagnant du prix Nobel a évoqué la possibilité que les animaux soient dotés de supersens. Cette idée lui est venue des années avant que la communauté scientifique ne découvre que les oiseaux peuvent « voir » le champ magnétique terrestre.

Einstein avait raison

Cette lettre a été rédigée à l’aide d’une machine à écrire. Albert Einstein y évoque notamment les travaux du chercheur Karl von Frisch. Il explique notamment à Glyn Davys que les résultats des études menées par son confrère ne peuvent pas lui servir de bases pour ses propres investigations en physique.

Par la suite, Albert Einstein a écrit qu’il pensait que l’étude de la perception animale pourrait un jour nous permettre d’en apprendre plus sur certains processus physiques.

« On peut envisager que l’étude des comportements des oiseaux migrateurs et des pigeons voyageurs pourrait un jour nous mener à la compréhension de certains processus physiques encore inconnus », lit-on.

Une lettre obtenue grâce à Judith Davys

Cette lettre est arrivée entre les mains des chercheurs du RMIT de Melbourne grâce à Judith Davys, la femme du défunt Glyn Davys. L’attention de cette dernière a été attirée par une étude scientifique parue dans les médias concernant la puissance cognitive des abeilles. Ces travaux ont été menés en 2019 par une équipe de chercheurs de l’Université Deakin de Melbourne.

Judith Davys, qui vit actuellement au Royaume-Uni, a contacté les auteurs de cette étude. Elle a ensuite envoyé la lettre adressée par Einstein à son mari au Dr Adrian Dyer, du RMIT. Ce dernier a vérifié l’authenticité de la lettre après du Albert Einstein Archives de l’Université de Jérusalem.

Après l’avoir analysé, ils ont publié son contenu dans la revue The Journal of Comparative Physiology A.