L’Eunice aphroditois, ce terrifiant prédateur sous-marin

L’Eunice aphroditois sait se faire très discret, mais il n’en reste pas moins un des plus terrifiants prédateurs sous-marins. Puissant et rapide, il ne craint aucun poisson et il donne en plus l’impression de venir d’une autre planète. Le genre de planète sur laquelle personne n’aurait envie de poser le pied, bien entendu.

L’Eunice aphroditois appartient à la famille des Eunicidae et il vient ainsi se ranger dans la catégorie des vers marins.

Eunice aphroditois

L’Eunice aphroditois en pleine action.

Attention cependant, car il n’a pas grand-chose à voir avec les vers que l’on croise habituellement dans l’océan.

Eunice aphroditois : un prédateur extrêmement rapide

Si cet animal ne dépasse pas une dizaine de centimètres durant les premières étapes de son développement, il peut atteindre facilement un ou deux mètres de long à l’âge adulte. Certains spécimens peuvent même dépasser les trois mètres de long et cela fait de cette créature un des plus grands vers au monde.

Très résistant, l’Eunice aphroditois peut être trouvé dans les océans du monde entier et il est même capable de survivre en aquarium. Toutefois, en temps normal, il vit plutôt du côté du Bassin Indo-Pacifique et donc entre l’océan Indien et l’océan Pacifique.

À travers les âges et les générations, ce ver a développé une technique de chasse bien rodée, une technique qui le rend tout à fait redoutable.

Lorsqu’il cherche de nouvelles proies, il commence ainsi par enterrer son corps sur le fond océanique, en laissant seulement dépasser sa tête. Il attend ensuite patiemment qu’un poisson ou que n’importe quelle autre créature marine vienne lui rendre visite.

L’Eunice aphroditois est totalement dépourvu d’yeux. Il utilise donc ses cinq antennes pour détecter ses proies.

Un ver qui a décimé le bassin d’un aquarium anglais pendant plusieurs semaines

Sa véritable force, c’est sa rapidité. Ce terrible prédateur est en effet capable de se tendre en quelques millièmes de seconde et il est donc bien plus rapide que la plupart des créatures marines. En outre, sa tête est dotée de deux griffes acérées capables de trancher les écailles et les chairs.

C’est d’ailleurs cette particularité qui lui a valu son petit surnom. L’Eunice aphriditois est effectivement connu aussi comme le ver Bobbitt, en hommage à la femme qui avait coupé une partie du pénis de son mari avec un couteau de cuisine. Il faut croire que les scientifiques ont un certain sens de l’humour eux aussi.

En attendant, il faut savoir que ce drôle de ver a fait pas mal de dégâts dans le Blue Reed Quarium de Newquay au Royaume-Uni en 2009. Pendant plusieurs semaines, les employés de l’institution ont en effet retrouvé des cadavres de poissons dans un des bassins. Ils ont dû le démonter entièrement et déplacer chaque bloc de corail pour découvrir le responsable du massacre, un Eurnice aphroditois.

Crédits Image

Mots-clés animauxinsolite