L’extinction de masse de la fin du Crétacé a épargné les requins

Selon une étude récemment publiée dans la revue PLoS Biology, les requins ont survécu à un événement qui a éradiqué la plupart des êtres vivants sur notre chère planète.

En effet, d’après les paléontologues de l’Uppsala University (Suède) et de l’University of New England (États-Unis), les requins ont résisté à l’extinction massive de la fin du Crétacé. À l’époque, alors que la plupart des grands prédateurs ont péri, de leur côté, les requins se sont diversifiés.

Un requin
Photo de Christel Sagniez – Pixabay

Si les squales ont pu prospérer après cet événement tragique, c’est en grande partie parce qu’ils ont su s’adapter, contrairement aux autres espèces.

Les requins se sont sortis d’une catastrophe planétaire

Pour rappel, l’extinction de masse de la fin du Crétacé, qui remonte à il y a 66 millions d’années avant nous, a décimé près de 75 % des espèces d’alors. Parmi les victimes, il y a les dinosaures ou encore les ammonites.

Mais les travaux de ces paléontologues nous apprennent que les requins n’étaient pas concernés par cet événement.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs se sont penchés sur 1 239 dents appartenantà huit différents ordres de requins fossiles, dont l’un (celui des Synechodontiformes) est éteint. Selon les scientifiques, les dents étudiées recouvrent une période s’étendant du Crétacé supérieur (il y a 83,6 millions d’années) jusqu’au début du Paléogène (il y a 56 millions d’années).

Comment les requins ont-ils pu survivre à cet événement ?

Les paléontologues ont alors découvert que la diversité dentaire des requins était en baisse bien avant la fin du Crétacé. Ce qui démontre pour cette espèce animale, la situation est restée stable même durant cet événement apocalyptique.

Pour couronner le tout, toujours selon les conclusions de ces paléontologues, alors que la plupart des espèces vivantes sur Terre ont péri après l’extinction de masse du Crétacé, chez le requin, certains ordres se sont même diversifiés.

Ceci est en grande partie dû au fait que les squales ont réussi à s’adapter, contrairement aux autres espèces animales qui ont survécu. C’est d’ailleurs le cas de l’ordre des Odontaspididae, des requins qui ont développé des dents serrées et cuspidées (avec des reliefs caractéristiques) parfaites pour se délecter des poissons à nageoires, apparu au début du Paléogène.

Mots-clés paléontologie