L’histoire de Joseph James DeAngelo, le Tueur du Golden State

Les apparences peuvent être trompeuses. Cette affirmation s’est avérée exacte en ce qui concerne Joseph James DeAngelo, ex-policier, mais récemment condamné pour avoir été également un violeur et un meurtrier. L’homme maintenant âgé de 74 ans était décrit par ses anciens collègues comme étant une personne tout à fait ordinaire ne faisant pas du tout penser à un criminel. Pourtant, selon le documentaire de HBO « I’ll Be Gone in the Dark », DeAngelo aurait commis plus de 50 viols et 12 meurtres en Californie, au cours des années 70 et 80.

Né en 1945, DeAngelo a combattu au Vietnam pendant une période de 22 mois. Rentré au pays, il a été trois fois décoré pour le service qu’il a rendu pendant la guerre, et a étudié au Sierra College de 1968 à 1970, puis au California State University de Sacramento jusqu’en 1972.

Crédits Pixabay

L’année suivante, avec son Bachelor en justice criminelle, il décide de faire un stage auprès du département de police de Roseville et se marie avec Sharon Marie Huddle. La même année, il intègre la police d’Exeter jusqu’en 1976, puis le département de police d’Auburn jusqu’en 1979.

C’est lorsqu’il était policier à Auburn que DeAngelo a commis son premier méfait. Il a en effet fait du vol à l’étalage dans un magasin et cet acte lui a fait perdre sa place au sein des forces de l’ordre.

Les crimes qu’il a commis

Au cours de la période où DeAngelo a commis ses crimes, la presse et la justice le connaissaient sous trois surnoms différents sans savoir qu’il s’agissait d’une seule et même personne. De 1974 à 1975, alors qu’il était officier de police à Exeter, il a cambriolé environ 100 domiciles et était surnommé Visalia Ransacker. Son mode opératoire était de ne prendre que les petits objets et souvent, ceux qui avaient de la valeur étaient laissés sur place. De plus, sa signature lors de ses cambriolages était de laisser les sous-vêtements de femme éparpillés partout dans la maison.

DeAngelo ne s’est pas arrêté aux cambriolages puisqu’en 1976, il commettait ses crimes sous le surnom de East Area Rapist, ou le Violeur de la Zone Est, à Sacramento. L’homme s’attaquait surtout aux femmes habitant seules et prenait le temps de se préparer. En effet, après avoir suivi sa victime pour trouver où elle habitait, il s’introduisait dans son domicile et y laissait de quoi l’attacher plus tard. Il en profitait également pour décharger toutes les armes à feu qu’il pouvait trouver. Parfois, il s’en prenait à des couples et menaçait de tuer tout le monde si le mari tentait quoi que ce soit. Il mettait d’ailleurs une pile d’assiettes sur le dos de ce dernier pour le prévenir en cas de mouvement.

Les viols se sont arrêtés vers 1979, mais personne ne savait encore que Visalia Ransacker et East Area Rapist est était la même personne. Cette année-là, un autre surnom a été attribué à un tueur en série qui a fait des ravages dans la partie sud de Californie. Le nouveau tueur était surnommé Original Night Stalker et il s’agissait également de DeAngelo. Les crimes étaient similaires à ceux de East Area Rapist, sauf que les victimes étaient cette fois-ci tuées.

À lire aussi : L’histoire derrière la chauve-souris géante qui fait le buzz sur Twitter

Condamné après 40 ans de cavale

Au moment des faits, la technique d’analyse d’ADN n’était pas encore systématiquement utilisée par la police. Ainsi, les forces de l’ordre ne pouvaient pas savoir que les trois criminels étaient une seule et même personne. DeAngelo, de son côté, est devenu mécanicien à Roseville après son dernier crime. Il travaillera ainsi pendant 27 dans un centre de distribution et mènera une vie sans histoire jusqu’au moment de sa retraite en 2017.

En 2001, la police a réussi à prouver que East Area Rapist et Original Night Stalker étaient la même personne grâce à un test d’ADN. Plus tard, avec les avancées dans le domaine de la génétique, les autorités ont pu créer un profil à l’aide des données obtenues jusque-là. En avril 2018, les résultats ont finalement fait ressortir le nom de Joseph DeAngelo. Il s’agissait d’une correspondance entre de l’ADN de l’homme, prélevé sur la poignée de sa voiture, et les échantillons d’ADN laissés sur les lieux des crimes. Celui que l’on connaissait maintenant sous le nom de Golden State Killer ou Tueur du Golden State était enfin appréhendé après 40 ans de cavale.

Le 29 juin 2020, DeAngelo plaidait coupable de 26 chefs d’accusation correspondant aux différents viols et aux meurtres qu’il a commis. A 74 ans, la justice l’a finalement condamné à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle pour 13 meurtres ainsi que 13 kidnappings avec cambriolage.

À lire aussi : L’histoire d’Efraim Zuroff, l’homme qui a passé 40 ans à chasser les nazis