L’histoire de Stanislav Petrov, l’homme qui a sauvé le monde en ne faisant rien

En 1983, lorsque la Guerre froide était à son apogée, le monde était sous la constante menace du déclenchement d’une guerre nucléaire. Il n’y avait plus que la peur des « deux grands » de se détruire mutuellement, appelée « équilibre de la terreur », qui empêchait le conflit d’éclater.

Néanmoins, le scénario apocalyptique a été à deux doigts de se produire le 26 septembre 1983. Ce jour-là, le monde a été sauvé par un homme ordinaire… qui n’a rien fait.

Un mystérieux cube confirme l'existence d'un programme nucléaire nazi

Crédits Pixabay

Ce héros s’appelle Stanislav Petrov. À cette époque, il était âgé de 44 ans. Il était fonctionnaire et lieutenant-colonel en charge du Serpukhov-15.

C’était un centre d’alerte stratégique secrète russe, situé dans la forêt et équipé de technologies de pointe. L’une des principales missions de Petrov était d’effectuer un signalement à ses supérieurs dans le cas d’une attaque nucléaire.

Pourtant, au moment où tous les instruments du Serpoukhov-15 indiquaient que l’Union soviétique subissait une attaque nucléaire, ce brave homme n’a rien fait. Plus tard, des enquêtes ont prouvé que son inaction a sauvé environ la moitié de la population terrestre.

Il n’a pas respecté les consignes

Cette année-là, un Boeing 747 sud-coréen a été attaqué par les forces soviétiques. Le drame a fait 269 victimes, dont 60 Américains et 1 membre du Congrès. Ronald Reagan, qui était à la tête des États-Unis, a alors qualifié l’Union soviétique d’« Empire du Mal », ravivant par la même occasion des tensions entre les deux puissances.

Il a alors lancé son Initiative de défense stratégique (IDS), dont le but était de protéger la nation américaine contre toute attaque nucléaire. En même temps, l’OTAN étudiait des plans stratégiques permettant de frapper Moscou par des missiles nucléaires.

De son côté, Moscou, qui était sous le commandement d’Iouri Andropov, était aux aguets.

Le 26 septembre 1983, à 00h15, une alarme a commencé à sonner à Serpukhov-15. Selon la procédure, Petrov devait attendre une confirmation visuelle avant d’alerter Moscou. Or, les nuages empêchaient la vérification, tandis que les instruments électroniques indiquaient que 5 missiles américains volaient en direction de la Russie.

Sous le regard de l’équipe, composé d’une cinquantaine de membres, et les bruits ahurissants des retentissements des sirènes, Petrov a décidé de ne pas respecter la procédure. Il n’a pas alerté ses supérieurs. Il estimait que si les Américains devaient réellement attaquer la Russie, alors ce ne serait pas en envoyant quelques missiles, mais au moins une centaine. Il était persuadé que c’était le système qui était défaillant.

Il a sauvé la vie de deux milliards d’êtres humains

Et effectivement, des investigations ont démontré que ce que les appareils croyaient être des missiles était en réalité des rayons de soleil se reflétant sur les nuages. Ainsi, en ne faisant rien, Petrov a sauvé au moins deux milliards de personnes d’une mort certaine.

Après sa désobéissance aux consignes, Petrov est rentré pour dormir durant de longues heures. À son retour à la base, il a été accueilli en héros. Toutefois, il a également été sanctionné d’une retraite anticipée avec une pension de misère. L’affaire a ensuite été classée « top secret ».

C’était en 1998 que tout a été révélé au grand public. En 2004, Petrov a reçu le prix World Citizen. En 2006, il a été accueilli à l’ONU. Son histoire a fait l’objet d’un film intitulé « L’homme qui sauva le monde », sorti en 2015.

Petrov a ensuite rendu son âme en mai 2017, à Moscou.

Mots-clés histoire