L’homme fort de l’OMS espère qu’on en finira avec le COVID-19 en moins de 2 ans

Pour l’heure, on reste dans l’expectative sur la question de la maîtrise de la propagation, voire l’éradication du COVID-19. Et ce malgré la succession d’annonces concernant d’éventuels vaccins qui émaillent l’actualité. Aussi, l’inquiétude reste palpable face à l’augmentation du nombre d’infections au coronavirus constatée dans plusieurs pays.

D’ailleurs, on commence déjà à penser que la crise sanitaire se prolongera encore sur les prochaines années. Toutefois, le Directeur Général de l’OMS reste plutôt optimiste sur le sujet. Tedros Adhanom Ghebreyesus a, en effet, récemment déclaré que la crise due au Sars-CoV-2 pourrait être contenue dans moins de deux ans.

Un homme équipé de masque et de gants

Crédits Pixabay

Toujours selon ce dernier, l’évolution actuelle de la technologie ne peut que faciliter la lutte contre la pandémie actuellement menée au niveau mondial. Néanmoins, pour combattre rapidement le virus, Ghebreyesus incite à une « solidarité mondiale » surtout en ce moment de « recrudescence » des cas.

On a de meilleures chances grâce à la technologie

Lors d’une conférence qui a eu lieu à Genève vendredi dernier, Ghebreyesus a mis en avant des points de ressemblance entre l’épidémie de grippe espagnole qui a sévi 1918 et notre cas actuel avec le Covid-19. Il a précisé qu’à l’époque, le monde a mis deux ans pour venir à bout de la grippe espagnole.

Ainsi, pour le premier responsable de l’OMS, la bataille menée actuellement contre le Covid-19 peut prendre fin dans « un délai plus court » grâce à « l’évolution de la technologie et du secteur de la santé ».

« Bien sûr, avec plus de connectivité, le virus a de meilleures chances de se propager. Mais en même temps, nous avons aussi la technologie et les connaissances pour l’arrêter », indique le DG de l’OMS , avant d’ajouter « (…) nous espérons donc en finir avec cette pandémie dans moins de deux ans », lors de cette conférence.

Une « solidarité mondiale » est de mise pour y arriver

Pour autant, l’évolution technologique « n’est pas suffisante dans cette lutte », a affirmé Ghebreyesus, sollicitant également « l’unité nationale et la solidarité mondiale ». Des valeurs qui prennent toutes leurs significations dans un contexte sanitaire aussi délicat que celui que nous vivons actuellement

Il demande alors à ce que les efforts soient unis pour mettre à contribution les “outils disponibles” (entendre par là les ressources technologiques nationales) et les “outils supplémentaires” comme les vaccins, auquel cas,  on pourra « mettre un terme dans un délai plus court que pour la grippe de 1918 » à cette épidémie.

Mots-clés Covid-19OMSsanté