L’humanité aurait une chance sur 500 de disparaître avant la fin de l’année

Fergus Simpson travaille à l’Université de Barcelone depuis plusieurs années et il se passionne à la fois pour l’astronomie, les mathématiques et pour les statistiques. Accessoirement, il lui arrive aussi de publier quelques études de temps en temps et la dernière en date risque de ne pas plaire à tout le monde. D’après lui, l’humanité aurait effectivement une chance sur 500 de disparaître avant la fin de l’année.

Fergus Simpson a commencé par suivre des études d’astronomie à l’Université de Cambridge avant de passer un PhD (doctorat) dans cette même discipline.

Apocalypse

L’humanité aurait désormais 0,2 % de chance de disparaître.

Il travaille depuis 2014 à l’Université de Barcelone et il a publié plusieurs articles scientifiques depuis.

Le Doomsday Argument remis au goût du jour

L’un d’entre eux avait fait couler beaucoup d’encre l’année dernière. Il traitait de la possible existence d’une vie extraterrestre et de la forme qu’elle pourrait prendre. En utilisant un modèle mathématique concocté par ses soins, il en était venu à la conclusion que ces fameux extraterrestres pourraient peser autour de 300 kg.

Cet article n’avait pas franchement fait l’unanimité auprès de ses pairs. Seth Shostak (l’astronome qui pense que les extraterrestres sont des machines) avait notamment déclaré que ce modèle ne tenait pas la route, car il n’y avait pas de données concrètes sur lesquelles travailler.

Pour sa nouvelle publication, Fergus Simpson a fait le choix de se pencher sur le fameux Doomsday Argument, créé en 1983 par l’astrophysicien Brandon Carter.

Cette théorie n’en est pas vraiment une et il s’agit finalement davantage d’une énigme fondée sur les probabilités conditionnelles, une énigme visant tout simplement à déterminer la durée de survie de l’humanité en fonction de l’évolution de la population dans le monde.

Elle n’est pas forcément très simple à comprendre, ni même à expliquer, mais David Louapre l’a longuement évoquée dans un article publié en décembre 2012 (c’était de circonstance) et il explique vraiment bien le concept.

L’humanité aurait 0,2 % de chances de disparaître

D’après Fergus Simpson, donc, environ 100 milliards d’êtres humains seraient nés depuis l’aube de l’humanité et autant de personnes devraient venir au monde avant la fin de notre espèce.

Le problème, c’est que les êtres humains se reproduisent de plus en plus et Fergus Simpson estime ainsi que nous nous dirigeons de plus en plus vite vers notre disparition. Cela a évidemment une incidence sur le risque annuel de catastrophe mondiale, un risque qu’il a tenté de quantifier à l’aide d’un modèle mathématique élaboré par ses soins.

Ce fameux modèle lui a permis de déduire que l’humanité avait désormais 0,2 % de chance de disparaître, soit une chance sur cinq cents.

Cette vision peut sembler quelque peu pessimiste, mais il n’est pas le seul à penser que l’humanité s’approche de son extinction. Stephen Hawking est de cet avis lui aussi et il a même déclaré durant une intervention à Oxford que l’humanité ne survivrait pas mille ans de plus sur la Terre. D’après le célèbre physicien, la seule échappatoire possible consiste à coloniser d’autres planètes.

En attendant, pour avoir tout le déroulé de l’analyste de Simpson, il suffit de vous rendre sur cette page.