L’IA pour rechercher de la vie extraterrestre sur d’autres planètes ?

Les scientifiques de la NASA sont en train de former des ordinateurs pour rechercher des signes de vie sur d’autres planètes, à commencer par Mars.

Les algorithmes auront pour but d’identifier d’éventuelles signatures géochimiques de la vie à partir des échantillons de roches. Ils seront déployés prochainement dans le cadre de la mission ExoMars 2022 pour trouver des traces de vie sur la planète rouge.

Crédits Pixabay

C’est le MOMA (Mars Organic Molecule Analyzer), un instrument basé sur un spectromètre, qui va procéder à l’analyse et à l’identification des molécules organiques dans l’espace. Victoria Da Poian du GSFC (Goddard Space Flight Center) de la NASA a présenté ces recherches passionnantes lors de la conférence Goldschmidt.

L’objectif serait de déployer ces systèmes intelligents à l’extérieur du système solaire. Ces algorithmes analyseront les données elles-mêmes. Elles ajusteront et régleront les instruments pour ne transmettre que celles qui sont intéressantes vers la Terre.

Les algorithmes filtrent les données

« C’est une étape visionnaire dans l’exploration spatiale. Avec le temps, nous nous passerons de l’idée que les humains soient les seuls à être impliqués dans tout ce qui se passe dans l’espace. Les ordinateurs sont équipés de systèmes intelligents, qui sont formés pour prendre certaines décisions et pour transmettre les données intéressantes et urgentes », a déclaré Da Poian.

L’obtention d’informations précieuses, notamment des indications sur la géochimie, serait une priorité. Les données devraient aider les chercheurs et les ingénieurs à prendre les meilleures décisions en ce qui concerne les opérations ultérieures. Toutefois, l’IA s’occupera seulement du filtrage, il appartiendra toujours aux humains de s’occuper de l’interprétation.

À lire aussi : Voilà comment une civilisation extraterrestre pourrait exploiter les trous noirs

Pour optimiser la valeur scientifique des missions spatiales

« Les scientifiques n’arrivaient pas à mener autant d’expériences et à analyser autant d’échantillons, car le renvoi des données sur Terre coûte beaucoup de temps et d’argent. La NASA peut, à présent, optimiser la valeur scientifique des missions spatiales en utilisant une IA », a expliqué Eric Lyness du Planetary Environments Lab.

L’expert a souligné la nécessité de disposer d’instruments intelligents dans l’exploration planétaire. Les tests ont montré que le système peut catégoriser un composé inconnu avec une précision allant jusqu’à quatre-vingt-quatorze pour cent. Néanmoins, l’innovation reste encore à améliorer.

« Après la collecte, la machine peut faire une première analyse des informations reçues avant de les renvoyer sur Terre. Les données produites par l’instrument de recherche MOMA ont été difficiles à interpréter. En tout cas, il ne criera pas qu’il a trouvé la vie, mais offrira des probabilités qui devront être analysées », a-t-il ajouté.

À lire aussi : Les océans seraient assez courants sur les mondes extraterrestres