Libération aimerait bien pomper les internautes…

Ce n’est un secret pour personne, la presse écrite va mal. Les journaux et les magazines ne se vendent plus aussi bien qu’avant et certains journalistes commencent même à se poser tout plein de questions sur leur avenir. Oui, un peu comme le patron de Libération qui s’est dit que ce serait quand même vachement chouette que le web participe au financement de la presse écrite. J’en rigole encore…

Laurent Joffrin

Le monde change, tel le corps d’un adolescent en proie à d’indicibles tourments. Certains suivent la vague, acceptent la réalité et se familiarisent avec leur pénis alors que d’autres préfèrent se réfugier dans leurs propres délires et rentrer dans les ordres tout en niant leur nature profonde. Et là, on aura une grosse pensée pour Benoit XVI, qui n’a pas du avoir une vie facile. Faut dire aussi, les jeunesses hitlériennes, ce n’était pas le meilleur endroit pour découvrir sa sexualité.

Evidemment, loin de moi l’idée de comparer les journalistes à des peine-à-jouir frustrés. Même si la plupart d’entre eux ont perdu ce qui leur restait d’intégrité dans les dernières présidentielles, il faut reconnaître que leur métier n’est pas facile. Et la crise que traverse actuellement la presse écrite ne doit pas arranger les choses, c’est certain.

Oui, les journaux et les magazines ne se vendent plus, c’est un fait.

Même que Laurent Joffrin, le patron de Libération, ne le vit pas bien du tout.

Et comme d’habitude, plutôt que de remettre en cause un modèle économique dépassé, on préfère trouver un bouc-émissaire et se faire du fric dessus. Comme on s’y attendait un peu, ce sont encore les internautes qui vont se faire taper sur les doigts. Laurent Joffrin, de son vrai nom Laurent Mouchard (enfin selon la Wikipédia, hein), s’est donc dit que ce serait quand même vachement bien que les FAI montent un peu leurs tarifs histoire d’aider la presse à s’en sortir.

On parle donc d’une licence globale destinée à payer le fait que ces enfoirés d’internautes osent s’informer gratuitement sur le web.

Vraiment formidable, non ? Le plus drôle, c’est que Laurent Joffrin a milité durant son adolescence tourmentée dans les Jeunesses Socialistes et qu’il a d’ailleurs beaucoup frayé avec… Denis Oliviennes.

Enfin moi je dis ça, je dis rien, hein… Mais ce serait juste bien qu’on se mette en tête qu’on vit actuellement une crise mondiale et que les gens du peuple n’ont plus forcément les moyens de cracher leurs brouzoufs au tabac-presse du coin.

Aller, faut que je me détende, je retourne me la secouer sur YouPorn

Via ZDNet

Mots-clés Businessweb 2.0