Libra, la cryptomonnaie de Facebook en projet fait déjà l’objet d’opérations d’arnaque sur internet

Les récentes auditions menées par le Congrès aux États-Unis, ainsi que les consultations effectuées par diverses instances économiques ont conclu de manière quasi unanime que pour le moment. Face aux risques et aux inquiétudes que le projet Libra/Calibra de Facebook suscite, le ton est à la prudence.

Jusqu’à présent donc, on ne sait pas encore ce qu’il adviendra du projet de portefeuille numérique basé sur la cryptomonnaie Libra de l’entreprise de Mark Zuckerberg

Libra, la cryptomonnaie de Facebook en projet fait déjà l'objet d'opérations d'arnaque sur internet

Crédits Pixabay

Toutefois, même si de part et d’autre de l’Atlantique, le sentiment est à la méfiance, certains aspirent déjà à la réussite du projet (que Facebook n’entend lancer qu’en 2020 sous réserve de satisfaire à de nombreuses exigences) et tentent de frauder sur internet en proposant de la monnaie virtuelle Libra.

Libra et Calibra, pourquoi faut-il s’inquiéter ?

Pour rappel, Libra, la cryptomonnaie en open source existe déjà, mais c’est la possibilité de transactions financières effectuées avec qui est en ce moment à l’étude.

Pour Facebook, porter ce projet jusqu’à son lancement ne sera pas un parcours de tout repos. En effet, outre les casseroles que le géant du numérique traîne derrière lui en raison des nombreuses affaires de violation de la vie privée des utilisateurs, ses aspirations financières sont également vues d’un très mauvais œil.

Aussi, pour les instances économiques et financières nationales, un cadre de régulation assorti d’une protection effective des consommateurs est nécessaire avant de penser au lancement d’un tel projet.

Sans oublier bien évidemment les mécanismes de contrôle auxquels les transactions devraient se conformer pour garantir la stabilité du système financier international. Une importante question à laquelle Facebook devra se consacrer pour satisfaire aux exigences “politiques” que pose son projet.

Les arnaques foisonnent déjà sur la toile

Sans pour ainsi dire se soucier de ces tractations de haute volée, certains acteurs malveillants se sont intéressé aux profits qu’ils pourraient tirer de l’intérêt des consommateurs pour Libra.

Ainsi, selon l’AFP, des dizaines de faux comptes proposant d’acheter du Libra en prévente, avec sa carte bancaire ou moyennant d’autres cryptomonnaies ont été ouverts. Sur Facebook ou Instagram, certains comptes ont même des centaines d’abonnés.

Et ils s’efforcent de paraître crédibles en utilisant le logo de Facebook et des images de son fondateur.

Le géant du web n’a pas tardé à répliquer, annonçant qu’il a « (…) retiré des publicités et pages violant ses politiques lorsqu’il a pris connaissance de leur existence » précise qu’il « s’emploie à améliorer les moyens de détecter des arnaques sur ses plateformes ».